Electro
Kavinsky joue les super-héros pour les besoins de son dernier clip « Odd Look »

Kavinsky joue les super-héros pour les besoins de son dernier clip « Odd Look »

06 août 2013 | PAR Bastien Stisi

Kavinsky a fait paraître aujourd’hui un nouveau clip illustrateur de son album Outrun, au sein duquel il poursuit l’imaginaire entourant son personnage de héros armé de pouvoirs mystiques et d’une Ferrari Testarossa, muté en chevalier vengeur à Ray-Ban pour secourir une jeune serveuse en fin de service confrontée à l’animalité libidinale de loubards en manque de plaisirs charnels…

Alors que les dernières notes de Nightcall résonnent dans les enceintes d’un restaurant perdu dans un État américain reculé, une bien jolie et bien souriante serveuse fait intervenir les tambourinements électroniques et old-school de « Odd Look » dans le jukebox de la salle, avant de se faire agripper avec sauvagerie par trois garçons aux intentions clairement sexuées. Les corps se collent contre les formes arrondies de la jeune fille, une lame de couteau vient caresser son visage juvénile, la lumière s’éteint pour laisser apparaître la silhouette de Kavinsky en personne, vêtu comme à son habitude de sa veste rouge et blanche, de ses Nike blanchies et de son slim bien serré. La tension est à son comble.

Sans doute, l’État dans lequel se déroule la scène est-il vraiment vétuste et arriéré, à tel point que les trois hommes ne se dégonflent pas, et semblent ne jamais avoir entendu parler de ce personnage, un jour renversé sur les bords d’une route mal éclairée, qui hante depuis sa résurrection fantastique les environs en quête d’une vengeance chevaleresque jamais assouvie…Ils n’ont sans doute jamais vu non plus les précédents clips du dj français, pas plus que celui de « Protovision », dont ce « Odd Look » paraît être la parfaite continuité cinématographique.

Imperméable aux coups de queues de billard comme aux balles balancées avec frénésie par ses agresseurs, Kavinsky terrasse un à un et avec une assurance absolue le trio masculin, à grands coups de poings ou de poubelles, fait scintiller derrière ses lunettes son oeil curieusement rougi et numérique, et embarque à bord de sa Testarossa l’innocente jeune fille, enfin sauvée des vilaines griffes du monde extérieur à l’image des scenarii identiques du jeu vidéo dont il est le héros.

Une vidéo héroïque pour accompagner les sonorités électro-héroïques du morceau : la réalisation de Marcus Herring, qui avait déjà réalisé le clip de « Protovision », est une sacrée réussite. Gredins en quête d’aventures sexuelles non-autorisées par votre partenaire, demeurez dans vos chaumières : Kavinsky et son bolide sont bel et bien de retour…

Visuel (c) : pochette de Outrun de Kavinsky

Emilie de Turckheim brosse la généalogie d’une Sainte
Le réalisateur de Jack Reacher aux manettes de MI5
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *