Musique

Dub Inc à La Cigale les 22 et 23 novembre

15 novembre 2010 | PAR Jerome Gros

Le lundi 22 et le mardi 23 novembre, La Cigale accueillera le collectif Dub Incorporation, qui présentera son nouvel album, « Hors contrôle ».

Cela fait maintenant plus d’une dizaine d’années que Dub Inc est créée, mais c’est seulement à partir de 2001 qu’ils se font un nom dans la musique française et tirent ses influences du reggae, mais aussi du hip-hop et des musiques orientales …

Leur premier album, Diversité, sort en 2003. Le groupe remporte alors le prix Fair 2004, qui récompense l’ingéniosité de leur musique. Il faut dire que le titre « Rude Boy » résonne encore et toujours dans l’esprit des fans mais aussi des autres, la chanson connaissant un très grand succès, notamment auprès des jeunes générations. Il faut dire qu’en plus d’un rythme recherché, le message est pacifique, mieux vaut passer par le bon chemin … (« Ne joue pas les rude boy et passe à l’action, avant de n’avoir comme choix que la tombe ou la détention »)

Leur deuxième album, Dans le décor, sorti en 2005, a été travaillé avec minutie, et l’on peut y retrouver des artistes tels que Omar Perry ou David Hinds (du groupe Street Pulse). Le groupe sort un troisième opus, Afrikya, en 2008.

Cette année, ils reviennent avec leur album Hors contrôle, sorti en octobre, dans la continuité de leur travail jusqu’à présent. Sur cet album, le chanteur Tarrus Riley, mondialement reconnu comme l’une des plus belles voix du moment dans le reggae, partage l’excellent « No Doubt ». Il faut aussi noter l’inhabituel mariage du reggae et des musiques orientales, parfaitement réalisé dans la chanson « El Djazzair » (Alger, en français), avec le featuring de Jimmy Oihid et Amazigh Kateb.

Les concerts de lundi et mardi valent le déplacement. Ceux qui ne connaissent pas auront là l’occasion de se familiariser avec ce groupe trop peu reconnu, trop enfermé dans une sphère qui ne lui correspond pas entièrement.

La Cigale, 20h
26.40 €
Métro Anvers L2/ Pigalle L2, 12

9 e festival Jazz & Klezmer du 21 novembre au 13 décembre
Fix ME : on a trouvé le Woody Allen palestinien
Jerome Gros

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *