Classique

Disques classiques du début de l’année

19 janvier 2022 | PAR Victoria Okada

En ce début de l’année, nous vous présentons quelques disques qui ont marqué 2021. 

 

Not all cats are grey : des chats ont toutes les couleurs !

Le Quatuor Hanson ne cesse de s’affirmer son identité. Un premier album audacieux avec des œuvres de Haydn, les musiciens sortent leur deuxième disque. Changement radical d’atmosphère, avec Ligeti, Bartok et Dutilleux. À travers ces trois compositeurs, les Hanson explorent un univers nocturne, plutôt, des univers nocturnes. Pour exprimer ces univers, ils ont choisi un titre fortement accrocheur : « Not all cats are grey ». Dans l’obscurité de la nuit, tous les chats deviennent gris ; mais en réalité, non, il y a autant de nuances que le nombre de poils de chats !
Appuyée par une technique impeccablement mise en place, l’interprétation, kaléidoscopique, fait montre de l’imagination et du dynamisme par lesquels ils se distinguent. À quoi s’ajoute une lecture mûrie de la partition avec des timbres multiples, et surtout, l’équilibre subtil entre l’extraordinaire tension et une sorte de lâcher-prise. À l’heure de streaming, on ne regrettera jamais d’avoir la version physique de ce CD.
Not all cats are grey, œuvre de Ligeti, Bartok et Dutilleux. 1 CD Aparté. Durée : 69’50
Concert le 19 janvier à 19h à l’Amphithéâtre de la Cité de la Musique dans le cadre de Biennale de quatuors à cordes 

 

L’art de  fugue par violon, viole de gambe et accordéon

Pour jouer un monument comme l’Art de fugue de J.S. Bach, l’accordéon (Vincent Lhermet) peut surprendre. Mais son système d’émission du son étant similaire à celui de l’orgue (tous les deux étant des instruments à vent par définition), sa sonorité s’intègre parfaitement à l’expression « sérieuse » de cette œuvre. Le duo InAttendus avec la viole de gambe de Marianne Muller est ici élargi avec un violon baroque (Alice Pierrot) pour former quatre voix. La différence de sonorité entre les instruments fait surgir chaque voix de manière aiguë, pour donner à la polyphonie de Bach encore davantage de relief. Un disque inattendu mais convaincant.
Jean Sébastien Bach, L’art de la fugue. 1 CD Harmonia Mundi. Durée : 73’14

 

Airs d’opéra en clarinettes

Le Quatuor Anches hantées constitué de quatre clarinettistes a innové le concert de la musique classique avec la formule « à la carte ». Comme sur une carte de restaurant, le public peut choisir les pièces qu’il veut entendre parmi celles proposées dans une liste distribuée dans la salle. Le programme « Opéra sans diva » peut fonctionner avec ce système. La différence avec les autres programmes réside dans le fait que le programme entier est construit avec les musiques et les airs d’opéra. Des mélodies connues et inconnues sont proposées en alternance, pour varier les surprises et les plaisirs. Les transcriptions sont ingénieuses, respectant les timbres de clarinette, petite clarinette, clarinette basse et cor de basset. Des glockenspiels viennent enrichir la musique pour donner plus d’effet. Le souffle de nos extraordinaires clarinettistes (Nicolas Châtelain, Romain Millaud, François Pascal et Elise Marre), en remplaçant celui de chanteurs et d’autres instruments, montre que finalement, toute musique est régie par la respiration !
Opéra sans diva, œuvres symphoniques et airs d’opéra, 1 CD QAH. Durée : 56’35

 

Des raretés de Saint-Saëns

L’année Saint-Saëns en 2021 a passé, mais le centenaire de la mort du compositeur nous a permis d’exhumer ses œuvres jusqu’alors peu ou mal connues.

La princesse jaune

On connaissait l’ouverture et quelques airs dans des disques, mais cela faisait des lustres qu’on n’avait pas présenté dans son intégralité cette opérette en un acte sur le sujet japonais — la première œuvre lyrique de l’histoire en la matière ! Le Palazzetto Bru Zane a profité, pendant la fermeture des théâtres en 2021, pour enregistrer avec Mathias Vidal et Judith van Wanroij. Leur expressivité va de pair avec celle de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse sous la direction de Leo Hussain, tant pour l’opérette que les Mélodies persanes qui complètent le programme. Et comme tous les livres-CD de la collection « Opéra français » de Bru Zane, le plaisir de lecture est non négligeable.
Camille Saint-Saëns, La Princesse Jaune et Mélodes persanes. 1 livre-CD Palazetto Bru Zane.

Duos pour piano et cordes

À l’époque dominée par le grand opéra et la symphonie, Saint-Saëns a redonné un souffle à un genre presque oublié : la musique de chambre. Dans ce coffret de 3 CD, l’Ensemble Le Déluge a rassemblé des pièces pour piano et violon, et pour piano et violoncelle. Dans ce programme, si la première sonate pour violon et Le cygne (extrait du Carnaval des animaux) sont connus et souvent interprétés, la plupart des pièces qui y sont présentes sont relativement, voire très rares. On y remarque notamment l’influence de la musique baroque (il va entreprendre la révision de l’édition Rameau pendant la Grande Guerre). Le pianiste et initiateur du projet, Laurent Wagschal est constant sur les trois disques où il joue, selon les œuvres, avec les violonistes Pierre Fouchenneret, Sébastien Surel et Ayako Tanaka, ainsi que la violoncelliste Pauline Bartissol. Une référence pour les amateurs de musique de chambre.
Camille Saint-Saëns, Duos pour piano et cordes, coffret de 3 CD Ad Vitam Records. Durée : 3h30’25

Œuvres méconnues pour violon et orchestre

Pour constituer le programme de son nouveau disque entièrement consacré à Saint-Saëns, la violoniste Geneviève Laurenceau évite délibérément les chefs-d’œuvre telles que l’Introduction et Rondo Capriccioso, Havanaise ou La Danse macabre, pour des raretés comme deux Romances. L’album couvre plus de 50 ans de la vie créatrice du compositeur, depuis le Concerto pour violon n° 1 (1859), jusqu’à La muse et le poète avec violoncelle (1910). Parmi ces pièces, le Caprice d’après l’Étude en forme de valse (pièce virtuose pour piano), une transcription d’Eugène Ysaÿe, est un véritable bijou, tant pour la partition que pour le jeu. L’interprétation, qui se démarque en particulière ses coups d’archet à la fois sensible et audacieuse, met en évidence que très jeune, le partisan de l’ars gallica avait déjà développé son propre style qu’il a poursuivi jusqu’à la fin de sa vie. La harpiste Pauline Haas et le violoncelliste Yan Levionnois rejoignent leurs talents à celui de la violoniste. L’Orchestre de Picardie, dirigé par Benjamin Levy, rend le violon plus transparent.

Camille Saint-Saëns, œuvres pour violon et orchestre. 1 CD Naïve. Durée : 64’

« La place d’une autre », Lyna Khoudri en majestueuse usurpatrice par Aurelia Georges
L’agenda cinéma de la semaine du 19 janvier 2022
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture