Musique
Comeback de TREASURE, The second step: Chapter one

Comeback de TREASURE, The second step: Chapter one

22 février 2022 | PAR Aminata Fofana

Le nouvel mini-album de TREASURE  THE SECOND STEP: CHAPTER ONE sorti le 14 février 2022 fait déjà sensation, même sans les promotions attendues. Le boygroup de 12 garçons issu de YG entertainement se dévoile sous un nouveau jour, comme promis dans l’intitulé de l’album.

Rookie…ou pas ?

Originaire de la Corée du Sud, le groupe a débuté ses activités en août 2020 composé des membres gagnants du survival ( émission musicale à élimination ) YG TREASURE BOX. Choi Hyn-suk, Jihoon, Yoshi, Junkyu, Mashisho, Yoon Jea-Hyuk, Asahi, Bang Ye-dam, Doyoung, Haruto, Park Jeongwoo et So Junghwan forment un seul et unique groupe au lieu de deux. Ils participent à l’écriture et à la composition de leurs titres, ce qui est assez inhabituel pour des idols. Cela fait donc deux ans qu’ils ont débuté, mais possèdent une discographie encore faible. Avantage ou inconvénient, leur liberté musicale est la conséquence de leur identité encore floue.

JIKJIN

31 millions de vues en 6 jours et véritable phénomène sur les réseaux sociaux, c’est étonnement le title track. Musicalité décalée, force et paroles romantiques, c’est un son qui s’éloigne de tout ce qu’ils ont produit auparavant. Se rapprochant légèrement de l’univers artistique de groupe comme NCT ou ATEEZ par exemple, les refrains intenses se font popularisés par la 4th génération d’artistes Kpop.

Dans ce son, il s’agit d’un amour tellement passionnel qui les consume jusqu’à les rendre dingue, cette attraction irrésistible se résume dans la simple phrase répétitive du refrain, le fameux « JIKJIN », qui signifie ici directement à toi.

Les paroles chantées et de rap sont sur deux tempos totalement distincts mais flottent dignement sur l’instrumental de deux manière égalitairement remarquables. L’esthétique du clip est très vive, limite « boyish », brouillant une nouvelle fois le message d’attraction initiale de la chanson. Voiture de course, led rouge et orange, paysage brumeux, style vestimentaire plutôt streetwear, l’ambiance accompagne cette sensation de vitesse et de perte de contrôle.

La chorégraphie est composée majoritairement de grands gestes nets et brefs, où leur synchronisations est presque militaire. Le gros travail de la caméra nous offre de nombreux plans qui tournent au rythme de la musique, se concentrant malheureusement un peu plus sur Choi Hyun-suk et Bang Ye-dam. Les plans de groupe sont en revanche flatteurs pour les 12 membres, soumettant une iconique scène de fin, le dance break mélangé aux images de course de voitures.

Niveau promotion, les représentations sur plateaux se font rares, mais du contenu type « mv reaction » et un spécial stage a été publié sur la chaîne YouTube du groupe.

Les Bsides, la confirmation

U, Darari et It’s Okay sont les trois autres titres proposés dans l’album. Leurs univers et sonorités se rapprochent les unes des autres ainsi que leurs anciens titres, parlant tous les trois d’amour.
U, du refrain « I want U (you) » c’est le monde juste au milieu de It’s okay et Jikjin, le type de musique collant à l’image déjà posé par le groupe. La chanson est illuminée par un refrain dansant et répétitif, et des couplets très pop des années 2012-15.
Darari est plus posé, mais toujours dans le style dansant. Les idols utilisent différentes tonalités de voix pour un ensemble hétérogène mais intéressant.
It’s okay est plus dans le type ballade, reprenant un instrumental à base guitare où  leurs voix superposées en sont devenues presque angéliques. Reprenant un thème d’amour plus désespéré type « nous contre le monde », la chanson dégage une atmosphère intime et précieuse.
Pour l’instant, ces chansons n’ont aucune représentation du groupe, mais les membres participent a des émissions à grand visionnage comme «  Mask singer ». Espérons qu’avec la popularité de ces titres, YG Entertainement proposera du contenu autour de ceux-ci.

 

Visuel : ©pochette d’album The second Step: Chapter one de TREASURE 

Se souvenir et témoigner, l’exposition de Thea Djordjadze au MAMC de Saint-Etienne
Variété promise avec les quatre nouvelles expositions du Mac Lyon
Aminata Fofana

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture