Classique

Victoires de la Musique Classique 2016 : Magali Mosnier

Victoires de la Musique Classique 2016 : Magali Mosnier

06 février 2016 | PAR Elodie Martinez

Après les pianistes Bertrand Chamayou et Adam Laloum, c’est au tour de la flûtiste Magali Mosnier, également nommée dans la catégorie « Soliste instrumental », d’être le sujet de notre portrait du jour.

Magali Mosnier est née à Montluçon en 1976. Sa mère est bibliothécaire et il s’avère que la bibliothèque est étroitement liée aux cours de musique puisqu’elles partageaient les mêmes locaux. Elle commence donc cet apprentissage assez tôt, « le mercredi, comme d’autres vont faire du judo ou de la natation ». Petit à petit, cette activité extra-scolaire évolue et devient un véritable objectif. Elle monte ainsi au Conservatoire National de Région de Lyon d’où elle ressort avec un prix avant de monter plus haut, à Paris, où elle entre au CNSM. Si elle est une élève douée qui remporte le premier prix du CNSMD de Paris à l’unanimité en 1999, elle avoue aussi aimer enseigner et voit cette activité comme un véritable échange et un apport mutuel.

2001 est une année riche en récompenses : 1er Prix du Concours de Ville d’Avray, lauréate du Concours International Leonardo de Lorenzo en Italie mais aussi un Prix au réputé Concours International Jean-Pierre Rampal à Paris. Deux ans plus tard, elle est nommée Magali Mosnier est Première Flûte Solo de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, poste qu’elle occupe toujours aujourd’hui. Elle parvient depuis à allier à cette carrière au sein de l’orchestre avec une autre solo qui la conduit dans les salles du monde entier. Ses 1er Prix et Prix du Public au Concours International de l’ARD à Munich en 2004 finissent d’asseoir sa notoriété et elle devient alors l’une des artistes françaises les plus demandées sur la scène européenne. Si les Victoires de la Musique Classique ne l’ont pas encore graciée d’un prix, ce n’est pas le cas de leur équivalent, les Echo Klassik, qui la consacre Révélation Soliste Instrumental en 2006. Cette même année, elle sort son premier enregistrement chez Cony Classical : Fantaisie, œuvres françaises pour flûte et orchestre avec le Münchner Rundfunkorchester sous la direction de Marco Armiliato.

En 2009, Magali Mosnier sort un autre album qui est consacré à Bach et à ses plus belles œuvres et arrangements pour flûte et orchestre avec le Stuttgarter Kammerorchester sous la direction de Michael Hofstetter, toujours chez Sony Classical.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, elle s’attaque à Mozart en 2013 avec Mozart, Concerto pour flûte et harpe aux côtés de Xavier De Maistre, le Mozarteumorchester  de Salzbourg. L’année suivante, elle participe à l’enregistrement de musique de chambre, Balnéaire, puis elle retrouve Mozart en 2015 avec le Munchener Kammerorchester dans un nouvel album à la pochette fleurie.

Elle est invitée au Festival de Ludwigsburg, Mozarteum et Festival de Salzbourg, Rudolfinium de Prague, Laeiszhalle de Hambourg, Kieler Schloss de Kiel, Herkulessaal de Munich, Théâtre de Bilbao, Salle Pleyel, Théâtre des Champs Elysées, Concertgebouw d’Amsterdam, des festivals de Rheingau, Mecklenburg-Vorpommern, Menton, Saint-Denis, Radio France et Montpellier, Sansouci de Potsdam, festival Bach de Leipzig, etc… Elle joue également sous la direction de chefs comme Daniel Harding, Myung-Whun Chung, Jakub Hrusa, Andrey Boreyko, Michael Hofstetter, Matthias Pintscher avec le Bayerische Rundfunk , le Münchner Rundfunk, la Kammerakademie-Potsdam, l’Orchestre de la MDR de Leipzig, le Philharmonique de Nice, le Collegium Musicum de Bâle, le Philharmonia de Prague, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Ensemble Orchestral de Paris, les Stuttgarter Kammer Orchester et  Philharmoniker, le Mahler Chamber Orchestra.

Estimant que l’on apprend de tout type de musique, elle n’a pas de genre prédéfini. On ne s’étonne donc pas de la retrouver dans le registre de la musique de chambre où, là aussi, ses partenaires sont prestigieux : Renaud et Gautier Capuçon, Sandrine Piau, Michel Dalberto, Isabelle Moretti, Bertrand Chamayou, Eric Le Sage, le Quintette Moraguès ou encore le Quatuor Ebène. Magali Mosnier a également eu l’occasion de travailler auprès de compositeurs tels que Pierre Boulez, Eric Tanguy, Thierry Pécou, Matthias Pintscher, dont elle a joué le concerto pour flûte sous sa direction, et aussi sous celle de Daniel Harding.

Enfin, Magali Mosnier et sa flûte en or si célèbres seront prochainement en tournée en France avec l’Orchestre National des Pays de Loire (Mozart, Dusapin), puis en Allemagne avec Nicholas Angelich et Nicolas Alstaedt.

Interview sur Vimeo.

Liste complète des nommés

©Wildundleise.de (pour la première photo, sans flûte)

Le remake de « M le Maudit » par Joseph Losey ressort
Les soli ondoyants de Carolyn Carlson
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *