Classique

Victoires de la Musique Classique 2016 : Elsa Dreisig

Victoires de la Musique Classique 2016 : Elsa Dreisig

13 février 2016 | PAR Elodie Martinez

Aujourd’hui, nous nous intéressons à la soprano Elsa Dreisig, autre nommée dans la catégorie « Révélation artiste lyrique »…

Elsa Dreisig est une jeune franco-danoise née en 1991 et est la deuxième lyonnaise nommée cette année avec Guillaume Andrieux. Dès son enfance, elle chante dans les maîtrises de l’Opéra royal de Wallonie et de l’Opéra de Lyon. Elle poursuit ses études d’art lyrique au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Valérie Guillorit ainsi qu’à la Hochschule für Musik de Leipzig avec Regina Werner.

Elle poursuit son étude de la mélodie et du lied avec la pianiste Lucie Sansen ainsi qu’auprès d’Alexander Schmalcz, de Jeff Cohen ou encore d’Anne Le Bozec (souvenez-vous). Parallèlement, elle étudie le répertoire allemand avec le baryton Stephan Genz, le répertoire italien avec Peter Berne et le répertoire de l’opérette allemande avec Regina Werner, son professeur à la Hochschule für Musik.

En 2012, elle remporte le concours « Des Mots et des Notes“ consacré au répertoire français en se voyant attribuer le Prix du jury et le Prix spécial du public. Elle fait finalement ses débuts sur scène en 2013/14 dans Der Wildschütz de Lortzing à la Hochschule de Leipzig puis dans Semiramide de Hasse à la Hochschule de Leipzig et à Graz.

En 2014, elle intègre en duo avec la pianiste Lucie Sansen la résidence « Schubert » dirigée par Matthias Goerne et Markus Hinterhäuser à l’Académie d’Aix-en-Provence. Elle participe également à une masterclass  »Schubert et Strauss » dans le cadre de la Fondation « Neue Stimmen » auprès de Dietrich Henschel et Manuel Lang ainsi qu’à l’Académie de Lied à Heidelberg auprès de Thomas Hampson et de Thomas Quasthoff. Cette même année, elle remporte le Premier Prix du concours « Ton und Erklärung » organisé par le Club de la Deutsche Wirtschaft avec l’orchestre symphonique de la MDR

L’année suivante, elle remporte le Second Prix au Concours Reine Sonja à Oslo puis le Premier Prix féminin ainsi que le Prix du public au concours « Neue Stimmen » de la fondation Bertelsmann à Gütersloh. Elle se voit également attribuer le « Prix du jeune soliste 2015 des radios francophones publiques » ainsi que les Prix du public, du jeune public et du jeune espoir au concours de Clermont-Ferrand. Elsa Dreisig est boursière du Cercle Wagner à Paris cette même année et participe au prestigieux concert de gala de la Deutsch AIDS-Stiftung au Deutsche Opera Berlin, sous la direction musicale de Donald Runnicles.

La saison dernière (soit 2014-2015), nous avons pu la retrouver au Théâtre du Châtelet dans la production Les Parapluies de Cherbourg sous les traits de de Jenny aux côtés de Natalie Dessay et Laurent Naouri, sous la direction de Michel Legrand. Sans oublier sa Madame de Folleville dans Le Voyage à Reims de Rossini à l’atelier d’interprétation dramatique et musicale de Royaumont.

Elle devient membre de l’Opéra Studio du Staatsoper Berlin sous la direction artistique de Daniel Barenboim depuis ce début de saison, tient le rôle de la princesse dans Le chat botté de César Cui, Pamina et Papagena dans La flûte enchantée, et Signora Angiolieri dans Mario und der Zauberer de Stephen Oliver. Elle est également Rosina dans Il Barbiere di Siviglia à l’Opéra de Clermont-Ferrand et en tournée en France.

Elsa Dreisig est par ailleurs membre d’un ensemble de musique contemporaine, L’Ensemble 101, sous la direction musicale de Mike Solomon avec lequel elle se produit régulièrement en France, ainsi que de l’Ensemble 4D au Danemark (4 Dreisig) avec sa mère, sa tante et sa cousine, toutes sopranos. Une affaire de famille… De plus, elle est actuellement boursiaire de la Fondation Liz-Mohn-Musik- und Kultur.

Parmi les projets qui l’attendent se trouvent Musetta dans La Bohème à l’Opéra de Zürich, Pamina (Die Zauberflöte) pour ses débuts à l’Opéra de Paris ainsi qu’au Staatsoper Berlin et à l’Opéra de Zürich. Elle sera par ailleurs en troupe au Staatsoper Berlin à compter de 2017/18.

Vous avez jusqu’au 14 février pour voter!

Liste complète des nommés.

[Berlinale] « Fuocoammare » : vies (et morts) quotidiennes à Lampedusa
Sexe dansé, entre apparente liberté et frustration
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *