Classique

Les concerts classiques et lyriques de la semaine du 13/05/2019

Les concerts classiques et lyriques de la semaine du 13/05/2019

13 mai 2019 | PAR Paul Fourier

L’équipe classique et lyrique de Toute La Culture vous parle comme chaque semaine des concerts qu’elle a choisis et qu’elle va ou aimerait entendre. Suivez le guide.

Mardi 14 mai, à 20h30, Rolando Villazon est en récital à la salle Gaveau avec des mélodies espagnoles.

Du 14 au 26 mai, le nouvel opéra de Georges Benjamin, Lessons in love and violence (actuellement à l’affiche au Royal Opera House de Londres) arrive à l’opéra de Lyon. L’occasion de retrouver Stéphane Degout qui fût un extraordinaire Hamlet à l’Opéra Comique cet hiver (lire ici).

Changement d’ambiance mais toujours à la salle Gaveau, le mercredi 15 mai, à 20h30, c’est Rima Tawil qui mariera orientalisme et lyrique. 

Mercredi 15 mai, à 20h, la pianiste russe Elena Bashkirova sera en concert au Théâtre des Champs-Elysées dans un programme confrontant Mozart et Bartok. 

Mercredi 15 mai et jeudi 16, à 20h30, c’est un concert chargé d’histoire qui aura lieu à la Philharmonie de Paris avec le War Requiem de Benjamin Britten. L’Orchestre de Paris sera dirigé par Daniel Harding, avec Albina Shagimuratova, Andrew Staples, Christian Gerhaher, et le Chœur de l’Orchestre de Paris dirigé par Lionel Sow.

Jeudi 16 mai à 20h, le maître espagnol du piano, extrêmement rare à Paris (et au reste du monde), Joaquín Achoúcarro donne un récital à la Cathédrale Saint-Louis des Invalides

Riche semaine pour la piano à Lyon, András Schiff, le 16 mai (20h) et Nicolaï Luganski, le 17 (20h) et le 18 (18h), sont à l’Auditorium. 

Jeudi 16 mai, à 19h30, et jusqu’au 23 juinTosca revient à l’Opéra de Paris dans plusieurs distributions éblouissantes (Anja Harteros, Sonya Yoncheva, Martina Serafin, Vittorio Grigolo, Jonas Kaufmann, etc.). Le sinistre baron Scarpia va passer un sale quart d’heure ….

Vendredi 17 mai (20h30), samedi 18 mai (15h et 20h30) et dimanche 19 mai (11h et 17h), le Studio Marigny propose deux opérettes en une séance : On demande une femme de chambre de Robert Planquette et Chanteuse par amour de Paul Henrion. Fou rires assurés !

Vendredi 17 à 20h,  ou dimanche 19 mai, à 16h pourquoi ne pas faire le déplacement à l’opéra de Massy pour écouter Rigoletto ?

Dimanche 19 mai, le trioWanderer est en matinée (11h) au Théâtre des Champs-Elysées, dans un programme Liszt, Suk et Rachamaninov.

Du vendredi 17 mai au dimanche 19, le roi de la musique répétitive américaine, Philip Glass sera à l’honneur tout le week-end à la Philharmonie de Paris.

Le même week-end du 17 au 19 mai, des pianistes poids lourd défilent à la Grange au lac d’Evian, dans le cadre du Festival Printemps de la Grange : Leif Ove Andsnes et Mahler Chamber Orchestra (vendredi 17 mai à 20h), Sir Andras Schiff (samedi 18 mai à 20h), Elisabeth Leonskaja et Jerusalem Quartet (dimanche 19 mai à 20h), et dans la matiné au Casino d’Evian, Guillaume Bellom (samedi 18 mai à 11h) et Emmanuelle Swercz-Lamoure (dimanche 19 mai à 11h) complèteront le tableau.

Lundi 20 mai, ça se bouscule au portillon : 

À 20h au Théâtre des Champs-Elysées, c’est un programme tout Ravel dirigé par Louis Langrée avec la divine Anne Sofie Von Otter.

À 20h, à l’Elephant Paname, Joyce El-Khoury sera fort bien accompagné par Antoine Palloc.

À 20h30, à la Philharmonie de Paris, Barbara Hannigan, cette fois-ci en qualité de cheffe d’orchestre, dirigera the Rake’s progress de Stravinsky.

 

Hors de nos frontières (mais pas si loin) :

Mai, c’est le mois des week-end à rallonge et l’occasion de s’offrir quelques petits trésors lyriques. Alors …

Les amoureux d’opéra français et de ténors déchainés hésiteront entre aller écouter les Pêcheurs de perles de Georges Bizet à Bilbao (du 18 au 27 mai, avec Javier Camarena) ou à Barcelone (du 13 au 25 mai, avec John Osborn). Que faire … ?

Du 15 au 24 mai, l’opéra de Liège nous offre une Clémence de Titus de Mozart avec Patricia Ciofi (superbe Maria Stuarda au TCE en décembre), Anna Bonitatibus, Leonardo Cortellazzi, …

Du 20 mai au 9 juin, notre Roberto Alagna jouera les poètes amoureux (de Sondra Radvanovsky !) qui finissent mal, dans André Chénier, au Royal Opera House de Londres. c’est la production de David Mc Vicar. Beau chant et grand spectacle assurés !

 

Crédit : Tosca © Elisa Haberer / Opera de Paris

APACHES & WILD CAT en ouverture du festival Jet Lag
Les Molières 2019 consacrent « La Machine de Turing » de Benoit Solés et replongent « Les Idoles » (presque) dans l’oubli.
Paul Fourier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *