Théâtre

Les Molières 2019 consacrent « La Machine de Turing » de Benoit Solés et replongent « Les Idoles » (presque) dans l’oubli.

Les Molières 2019 consacrent « La Machine de Turing » de Benoit Solés et replongent « Les Idoles » (presque) dans l’oubli.

14 mai 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Ce lundi soir (13 mai) , lors de la 31e Nuit des Molières, soirée ennuyeuse ponctuée par les saillies d’Alex Vizorek à l’humour convenu et malveillant et intrusée par des gilets jaunes, dix-neuf récompenses ont été décernées.

Un club fermé

Créés par des directeurs de théâtres publics et privés en 1987, les Molières associent 250 membres désignés par cooptation. Peuvent concourir les spectacles joués entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019 au moins 60 fois – 40 pour le jeune public – pour le théâtre privé,  au moins  30, et 25 pour le jeune public pour le théâtre public . Les spectacles d’humour doivent avoir totalisé 12 000 entrées payantes dans une salle parisienne de plus de 200 places. L’Académie des Molières regroupent 2200 votants,  comédiens, directeurs de théâtre, producteurs, metteurs en scène, attachés de presse, agent ou encore journaliste.

Certaines surprises.

La nuit des rois d’Ostermeier à la gauloiserie outrancière fut préférée à l’absolu chef d’oeuvre de Christophe Honoré, Les Idoles. Le palmarès surprend  aussi par d’autres absences comme Kean ou Verte mais se légitime par la présence de la  merveilleuse Machine de Turing de Benoit Soles, par celle de Ophélia Kolb pour la Ménagerie de verre ou de Marina Foïs pour Les Idoles. Blanche Gardin garde son titre cette année et confirme son humour décapant: – grâce au fait que j’ai cité l’Américain Louis C.K je l’ai pécho, donc aujourd’hui je souhaite remercier l’acteur Bradley Cooper. 

Les récompensés sont :

Molière du Théâtre privé :

La Machine de Turing, de Benoit Solès, mise en scène Tristan Petitgirard, Théâtre Michel.

Molière du Théâtre public :

La Nuit des rois ou Tout ce que vous voulez, de William Shakespeare, adaptation Thomas Ostermeier, mise en scène Thomas Ostermeier, Comédie-Française, Salle Richelieu.

Molière de la Comédie :

– La Dégustation, d’Ivan Calbérac, mise en scène Ivan Calbérac, Théâtre de la Renaissance.

Molière de la Création visuelle :

Chapitre XIII, de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, mise en scène Sébastien Azzopardi, Théâtre Tristan Bernard.

Molière du Spectacle musical :

Chance !, de Hervé Devolder, mise en scène Hervé Devolder, Théâtre La Bruyère.

Molière de l’Humour :

– Blanche Gardin, dans BONNE NUIT BLANCHE, de Blanche Gardin, mise en scène Maïa Sandoz.

Molière du Jeune public :

M comme Méliès, d’Élise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, mise en scène Élise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, Comédie de Caen / CDN de Normandie.

Molière du Seul/e en scène :

Girls and Boys, avec Constance Dollé, de Denis Kelly, mise en scène Mélanie Leray, Théâtre du Petit Saint-Martin.

Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre privé :

– Benoit Solès, dans La Machine de Turing, de Benoit Solès, mise en scène Tristan Petitgirard.

Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre public :

– François Morel, dans J’ai des doutes, de Raymond Devos et François Morel, mise en scène François Morel.

Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre privé :

– Anne Bouvier, dans Mademoiselle Molière, de Gérard Savoisien, mise en scène Arnaud Denis.

Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre public :

– Marina Foïs, dans Les Idoles, de Christophe Honoré, mise en scène Christophe Honoré.

Molière du Comédien dans un second rôle :

– François Vincentelli, dans Le Canard à l’orange, de William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Nicolas Briançon.

Molière de la Comédienne dans un second rôle :

– Ophélia Kolb, dans La Ménagerie de verre, de Tennessee Williams, mise en scène Charlotte Rondelez.

Molière de la Révélation masculine :

– Valentin de Carbonnières, dans 7 morts sur ordonnance, d’après Jacques Rouffio et Georges Conchon, adaptation Anne Bourgeois et Francis Lombrail, mise en scène Anne Bourgeois.

Molière de la Révélation féminine :

– Ariane Mourier, dans Le Banquet, de Mathilda May, mise en scène Mathilda May.

Molière de l’Auteur francophone vivant :

– Benoit Solès, pour La Machine de Turing.

Molière du Metteur en scène d’un spectacle de Théâtre privé :

– Tristan Petitgirard, pour La Machine de Turing, de Benoit Solès.

Molière du Metteur en scène d’un spectacle de Théâtre public :

– Mathilda May, pour Le Banquet, de Mathilda May.

Visuel : © Fabienne Rappeneau

Les concerts classiques et lyriques de la semaine du 13/05/2019
Aux limites du possible : Le « maelström rythmique-mélodique » de Ligeti à la Philharmonie de Paris
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *