Musique

CD – Gliss, Devotion Implosion : pop, noisy, élégant

24 octobre 2009 | PAR Mikaël Faujour

Surfant sur la vague néo-psychédélique ancrée dans le shoegaze anglais, les Californiens de Gliss sortent un deuxième album cool et classe dans la lignée des Jesus & Mary Chain ou de Black Rebel Motorcycle Club.

Depuis les années 90 et surtout 2000, la redécouverte du shoegaze anglais (The Jesus & Mary Chain, My Bloody Valentine, Ride…) a été capitale dans le néo-psychédélisme américain. Ce goût pour un son froid – cool – et gorgé d’effets sonores est à la base de l’inspiration de groupes tels que l’incontournable Brian Jonestown Massacre, les Dandy Warhols, ou surtout les Warlocks et le Black Rebel Motorcycle Club. Un psychédélisme trouble, éloigné de celui, exalté et lysergique, de la Californie des 60s.

Groupe de Los Angeles, Gliss s’inscrit précisément dans ce courant nourri de shoegaze anglais. Dès le premier morceau, l’impeccable « Morning Light », le trio accroche avec sa pop noisy, cool et noyée dans la fuzz, dans la lignée de Jesus & Mary Chain. Une mise en bouche qui donne envie de découvrir plus avant ce groupe doté d’un réel sens du gimmick entêtant. Ici plus lent et atmosphérique (« Sleep » au parfum de Black Angels, ou « Love Songs »), là plus enlevé (l’excellent potentiel single « 29 Acts of Love », très poppy), ailleurs encore plus défoncé (le single « Anybody Inside ») : le groupe déroule ses variations noisy pop avec brio.

Et s’avère dès la première écoute être plus qu’un simple « autre » groupe dans une mode revivaliste. Le brillant « Lovers In the Bathroom », trônant au mitan de Devotion Implosion, en est la preuve la plus éclatante. Refrain noyé dans les effets sonores, innervé par un gimmick guitaristique parfait, le morceau mérite d’apparaître comme un des bijoux du courant néo-shoegaze/néo-psyché au côté des « Shake the Dope Out » des Warlocks ou « Spread Your Love » du BRMC.

On ne s’étonne d’ailleurs aucunement que Gliss ait tourné en première partie des Warlocks. Trouble, certes, mais moins sombre, la musique du trio partage un amour commun pour la distorsion grésillante et le refrain accrocheur. À coup sûr, Gliss n’a pas la prétention de révolutionner le rock, mais sa musique, tendue et mélodique à merci, ses berceuses pour défoncés aux guitares grinçantes, raviront les fans de rock bruitiste et cool, dans la pure tradition shoegaze.

Nota bene : le groupe sera en concert au Point Ephémère le 29 novembre.

Gliss, Devotion Implosion, Cordless/Naïve, 2009.
MySpace de Gliss

Terzieff, héros blessé et solitaire
« Les étranges nuits Tim Burton » au Champo
Mikaël Faujour

One thought on “CD – Gliss, Devotion Implosion : pop, noisy, élégant”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *