Musique

Bashung sans Bashung

02 avril 2009 | PAR marie

Bashung sans Bashung… Cette insoluble équation justifiait d’autant plus l’hommage rendu hier soir au centre Fleury Goutte d’Or, Barabara (Paris 18e). La soirée était retransmise sur la façade en vis à vis. Pour les spectateurs en extérieur, le son était mauvais, l’image aussi, les présentateurs tantôt déroutés tantôt trop bavards…  Toutefois, le concert ne devait être jugé selon les critères habituels, mais, selon le mot d’un des paroliers, comme une « soirée country au coin du feu », une touchante veillée entre amis. L’évènement avait été organisé au pied levé.

 Matthieu Chedid et toute sa petite « famille » ont gratifié la salle d’un Madame Rêve et d’un Malaxe joliment revisités. Raphaël avait choisi Happe et, parce qu’il « a de l’esprit »,  Je passe pour une caravane (un clin d’oeil à son album Caravane). Joseph d’Anvers a chanté  Tant de nuits, un texte qu’il avait lui-même écrit.

Le Pavillon des Arts et du Design dans votre salon
Alexander Calder au pays des merveilles
marie

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *