Musique
2011 année Liszt

2011 année Liszt

25 janvier 2011 | PAR Bérénice Clerc

Mardi 18 janvier 2011, 13 rue du Mail, les salons Érard constituent le lieu idéal pour lancer l’Année Liszt en France. Que nous réserve ce Bicentenaire ?

Quand Franz Liszt arrive à Paris en décembre 1823, il se présente immédiatement au Conservatoire pour y suivre l’enseignement réputé dans l’Europe entière. On lui en refuse cependant l’entrée car il est étranger. Il est alors recueilli par la famille Érard, qu’il avait rencontrée à Strasbourg juste avant de rejoindre la capitale. C’est au 13 rue du Mail, dans les bâtiments historiques de l’usine de pianos du même nom, qu’il est accueilli. Comme l’indique une plaque franco-hongroise, ces bâtiments, qui existent toujours dans leur état original et qui sont encore propriété de la famille, furent le « foyer » parisien de Liszt pendant plus de 50 ans (1823- 1878).

Hongrois de naissance, européen de cœur, le plus célèbre des pianistes-compositeurs romantiques noua avec notre pays plusieurs décennies de relations fécondes. Cet attachement s’explique par l’admiration de Liszt pour la culture française, par son affection pour le pays qui le forma et le fit éclore comme artiste, par la fascination, enfin, qu’exerça sur lui la capitale : « Paris est aujourd’hui le centre intellectuel du monde, écrivit-il en 1837, Paris impose à l’Europe attardée ses révolutions et ses modes ; Paris est le Panthéon des vivants, le temple où l’homme devient dieu pour un siècle ou pour une heure, le foyer brûlant qui éclaire et consume toute renommée. » Comment Paris n’eût-elle point adulé semblable thuriféraire ?

Le ministère des Affaires Etrangères et Européennes, le ministère de la Culture et de la Communication et le ministère de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et de la Vie Associative, se sont associés afin de mettre à l’honneur Franz Liszt en France, pays où il a créé et conçu une part majeure de son œuvre. Le commissariat général de l’Année est confié à M. Jean-Yves Clément, écrivain, éditeur, directeur artistique du Festival de Nohant et des Lisztomanias de Châteauroux.
La programmation a pour ambition de souligner la richesse et la diversité de l’œuvre du compositeur, son humanisme, sa dimension européenne, l’actualité de son rayonnement, ainsi que les différents aspects de sa vie et de ses liens avec la France, dans un dialogue constant avec son pays natal, la Hongrie.

La découverte de l’univers artistique de Liszt sera l’objet de l’opération nationale « Play Liszt », en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, à l’occasion de la journée de l’Europe le 9 mai 2011. Un partenariat est ainsi proposé aux villes qui voudraient s’en emparer, pour refléter à la fois l’aspect « géographique » des tournées de Liszt en France, et son aspect populaire : Liszt incarne le « roi des instruments », qui est aussi celui qui a communiqué et vulgarisé la musique des grands compositeurs au XIXe siècle.
Trois autres temps forts rythmeront l’Année: « Liszt au Parlement européen », un spectacle pyrotechnique intitulé « Liszt hongrois ! » au
Parc André Citroën et le concert de l’oratorio « Christus » dans le cadre des Lisztomanias de Châteauroux. La Cité de la Musique, la salle Pleyel et le Musée du Louvre honoreront également le compositeur.
Retrouvez le programme des concerts ici

www.anneeliszt.com

 

Infos pratiques

Alexis Mabille ouvre le bal de la Fashion Week
Photo/femmes/féminisme
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture