Musique
Allah Las : sweet sixties…

Allah Las : sweet sixties…

09 novembre 2012 | PAR Eva Blanca Soto

« Allah-Las » est le tout dernier né de la vague vintage qui déferle sur vos mp3 depuis quelques mois. Las du froid ? Il va ensoleiller votre hiver. Ce premier album est comme un premier baiser salé dans la chaleur d’un bal de promo, ou au bord de la mer, face au soleil couchant…

Le rock « old school » est de retour, et même pas besoin de ressortir votre platine vinyle du grenier, tous les détails y sont, y compris les petits craquements que le mp3 avait relayé aux oubliettes. « Allah-Las » va vous donner chaud… Les quatre garçons sont dans le vent, mais de celui qui souffle dans vos cheveux sur une plage californienne… Justement ils se sont rencontrés chez un disquaire de Los Angeles au rayon sixties. En matière de rock comme en amour, la rencontre porte souvent déjà en elle toute la suite de l’histoire. L’histoire ici, se décline en douze morceaux séduisants et légers comme un flirt d’été. Le premier titre donne le « La(s) » puisqu’il s’intitule « Catamaran ». L’album est bourré de références musicales, des « Beach Boys » aux « Animals »… Seulement, « Allah-Las » connaît tellement bien son sujet, qu’il s’offre en plus le luxe de conserver l’innocence et la légèreté de ces mélodies qui ont fait émerger le désir de la jeunesse américaine au début des années soixante.

Guitares, clavier, batteries accompagnés d’une production garage donnent à l’ensemble une unité rétro irrésistible. Impossible de ne pas claquer des doigts, de ne pas onduler des hanches et du sourcil, sur « Tell me (What’s on your mind) », ou de s’imaginer roulant dans le désert californien, à bord d’un vieux van, avec encore du sable dans les cheveux et la morsure salée de la mer sur la peau à l’écoute de « Busman’s Holiday ». L’album entier est une invitation à la séduction… Inutile de résister à la tentation, laissez-vous transporter sur la vague « Allah-Las »…

Décès de Michel Waldberg
Live-Report : Bumcello fait rire le 104 (08/11/2012)
Eva Blanca Soto

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *