Non classé

Voyage dans les backrooms d’un New-York en crise

05 juillet 2009 | PAR Yaël Hirsch

Après le « Che », Steven Soerbergh est revenu vers l’an 2008 et fait le pari de nous montrer les dessous de la crise à travers le quotidien d’une call-girl de luxe interprétée par l’actrice de porno Sasha Grey. Édifiant.

Chelsea (Sasha Grey) ne couche qu’avec des hommes aisés et pour de l’argent.  Elle  leur propose l’élégance, le plaisir, mais aussi l’illusion pour une nuit d’avoir une vraie compagne (une « Girlfriend Experience », donc). A travers son journal intime, ses allées et venues entre boutiques de luxe de Soho et hôtels où elle retrouve ses clients, ainsi que par ses entretiens avec un journaliste (joué par Mark Jacobson du New-York Magazine), le public découvre les coulisses de New-York heurté de plein fouet par la crise à l’automne 2008…

girlfriend

Filmé en 16 jours avec une caméra digitale, « The Girlfriend Experience » se veut un film expérimental et un souffle d’air entre deux grosses productions pour Soderbergh. Il a d’ailleurs été présenté dans une version pas tout à fait achevée en janvier dernier au festival de Sundance.  Avec des images grises et néanmoins vives, le climat d ‘un New-York réactivant le trauma de 1929 en 2008 y est pleinement rendu. En revanche, le personnage de Chelsea s’arrête à mi-chemin. On en sait trop sur elle (qui a un petit copain acceptant la situation et fait le faux pas de tomber amoureuse d’un client) pour la laisser nous glacer en femme fatale, et l’on en sait pas assez pour vraiment s’attacher à son minois de chat persan. Dans ce film, tout est vraiment glauque. Et avec raison, puisque Soderbergh dépeint un monde où non seulement tout à un prix, de la salle de sport, au sexe, en passant par le sentiment de ne pas être seul, mais il faut aussi se battre pour faire valoir sa valeur marchande. En filigrane des pas chassés en talons glamours de Sasha Grey, « The Girlfriend Experience » étale donc une critique sociale de fond profondément marxiste : dans nos sociétés postmodernes, il n’y a place ni pour l’amour ni pour les idées, parmi lesquelles surtout pas Dieu, puisque seule l’infrastructure de la valeur marchande et  la violence des rapports de production et d’échange comptent.

« The Girlfriend Experience », de Steven Soderbergh, avec Sasha Grey, Chris Santos, Mark Jacobson, USA, 2008, 1h25

Le festival Paris-Cinéma propose une avant-première du film de Soderbergh la veille de sa sortie. « The Girlfriend Experience » est projeté mardi 7 juillet à 19h au MK2 bibliothèque et sera présenté par Eric Kerven (Allociné).

Jean-Pierre Léaud au Reflet Médicis
Le retour des affreux, des sales et des méchants
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Voyage dans les backrooms d’un New-York en crise”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *