Non classé

Le festival de rue de Chalon-sur-Saône

Le festival de rue de Chalon-sur-Saône

06 juillet 2011 | PAR Tristan Karache-Prudent

Pour cette 25eme édition, le festival des arts de rue rehausse encore la barre du 20 au 24 juillet prochain. Seule différence majeure avec l’année passé, la direction artistique à imposé un certain thème. Cette année, le festival se veut mature et en rapport avec l’actualité.

Au plus près de la société et ses préoccupations, des sujets tels que l’émigration de masse, la modernisation, les nouvelles technologies, la délocalisation vers l’est de l’industrie ou encore la guerre par le témoignage d’un photoreporter sont autant de sujets sérieux qui seront mis en avant. Ce festival est une grande foire avec des spectacles musicaux, pyrotechniques, déambulatoires, du cirque ou encore de la danse.

Pour que la ville soit totalement plongée dans ces festivités, environs 180 compagnies donneront des représentations dans la cité et 216 projets artistiques seront présentés  Par ailleurs, toujours dans l’optique d’ouvrir son esprit vers les visions étrangères, 22 compagnies venues de contrés lointaines telles la Nouvelle-Zélande, la Corée ou encore la Suède ont répondu à l’appel.

Plusieurs démonstrations sortent tout de même du lot comme l’installation plastique et monumentale « Soyez les bienvenus » et sa suite « Soyez les bienvenus, un an après », la pyrotechnie musicale des Commandos Percu, l’Opéra de rue avec les Grooms ou bien un concert 3D.

La plasticienne Fanny Bouyagui a créé la compagnie Art Point M et s’installe dans un ancien entrepôt baptisé Le Laboratoire Factory. En 2009, elle rencontre des migrants à Agadez au Niger et s’intéresse à leur sort. Peu après cette expérience, elle donne vie à l’exposition « Soyez les bienvenus » dans laquelle elle s’interroge sur les deux générations de migrants, celle de l’époque de son père sénégalais à son arrivé en France en 1957 et celle des migrants actuels. La suite de ces travaux « Soyez les bienvenus, un an après » est axée sur les migrants empêtrés en Italie à Castel Volturno avec leurs lots de galères. Entre la mafia et le mépris de la population, les préoccupations majeurs des 18 000 africains pour les 23 000 habitants est de trouver un job que ce soit des tâches ménagères au sexe… A voir en continue selon horaire d’ouverture du Hangar Aproport.

La compagnie Le Commandos Percu chemine dans le monde entier depuis plus de 15 ans pour présenter leur spectacle justement intitulé « Destruction ! De nos tambours jaillissent des volutes d’espoir ». Présent sur la place Mathias du le mercredi 20 à 20h et le jeudi, vendredi et samedi à minuit, le groupe fais une symbiose de deux éléments, la musique et le feu. Le volcan est destructeur mais fertilise la terre, il s’agit donc ici d’aborder la fécondation par destruction, chose que l’homme est accoutumé à faire.

Créé et pensé pour coller parfaitement à la rue, « Le bonheur est dans le chant » est un spectacle déambulatoire né des têtes pensantes que sont les Grooms. Depuis sa création, la compagnie n’a pas cessé de voyager dans le monde entier, cette fois-ci le groupe est chargé en musique et en chanson d’évaluer le IBU par la mairie, l’Indice de Bonheur Urbain. Le départ est prévu au square Soubrane à partir de 20h le jeudi et vendredi, et à partir de 13 le samedi et dimanche.

Depuis 20 ans, Puce Muse conjugue nouvelle technologies, images et musique. Cette fois-ci, il sera présent de 22h15 à 23h15 sur la Place ronde avec son nouveau spectacle « Pictophonie 3D ». Pas moins de 16 personnes avec des technologies fournies par le CNRS constitueront l’orchestre du futur. Bien sûr pour  « voir la musique », des lunettes 3D à 1€50 sont mises en vente.

 

Klezmer Nova : quand le jazz est là.
« Petit projet de la matière » Anne-Marie Lescop fait danser les enfants au festival In
Tristan Karache-Prudent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *