Non classé
L’art juif ouvert à concours !

L’art juif ouvert à concours !

21 mai 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Dans le cadre d’une journée dédiée à la spiritualité , on ne peut faire l’impasse d’une question qui traverse les siècles :« qu’est-ce qu’un art juif ? » . L’interdiction de  représentation du divin offre des lieux de cultes sans figures peintes ou sculptées. En revanche, nombreux sont les objets liés à la célébration des fêtes ou des événements du cycle de la vie. Hanoukiya, plat de Seder, ketouba, … autant de réalisations qui s’inscrivent indiscutablement dans le champ artistique.

« Qu’elles soient dues à des artistes juifs ou non-juifs ces œuvres reflètent souvent la culture environnante et ont donné naissance à une production très variée selon les époques et l’origine géographique même s’il est indéniable qu’on y décèle une tendance à un certain conservatisme.

Au cours des dernières années une place de plus en plus grande a été faite à l’imagination des créateurs qui ont réussi à traduire les modèles traditionnels dans un langage contemporain. Cette tendance s’est surtout affirmée en Israël et aux Etats-Unis, beaucoup moins en Europe. C’est pour susciter un mouvement identique sur « le vieux continent » que l’Association européenne pour la culture juive a pris l’initiative de lancer un concours annuel sous le titre « Judaïca 21 ».

Chaque année un objet spécifique sera le thème de la compétition. En 2011, pour la première édition il s’agit de la mezouza, un petit objet que les personnes juives placent à l’encablure de leurs portes, à l’extérieur et à l’intérieur des maisons.

Ouvert à tout résident européen, ce concours, doté de prix en espèces, invite les artistes professionnels ou non, à présenter un projet sous la forme d’un boitier destiné à être apposé sur une porte mais aussi une œuvre librement inspirée par ce sujet sous un autre support : peinture, sculpture, vidéo… »

 

Mode et religion : création, publicité et scandale
Quand les reines de la pop se la jouent bonne sœur
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *