Non classé

Jamait, la saison 4

Jamait, la saison 4

07 décembre 2011 | PAR Olivier Handelsman

Yves Jamait : voix rauque et musique jazzy ou musette, textes poétiques et thématiques tantôt alcooliques, tantôt familiaux ; l’affection que ses auditeurs lui portent est due à la chaleur humaine que dégage sa musique. Le Dijonnais, grivois ou romantique, nous parle d’amour sans détour, mais sacrifie parfois le fond à la forme sur « Saison 4 » . Depuis « De Verre en vers » (2001), l’artiste a évolué, pour le meilleur et pour le pire.

« Ok tu t’en vas, c’est triste et ça m’ennuie, mais si tu pouvais en passant descendre les poubelles » / « A l’instar d’une reine, je t’écrirai des vers si jamais tu ramènes du Picon pour les bières » : tel est le magnifique message d’adieu à une compagne éreintée par la fainéantise et l’alcoolisme du personnage qu’incarnait Jamait dans « Ok tu t’en vas » sur son premier album. Sa légendaire casquette grise vissée sur le crâne jusqu’aujourd’hui, le chanteur a trouvé dans le cœur de son public une place inamovible, à tel point même qu’il manque presque lorsqu’il n’y est pas.

Authentiques, énervants, salaces et dépressifs, Jamait et ses musiciens swinguent et racontent des histoires tendres ou mordantes, mais s’engouffrent parfois dans des plaintes sans fondement. Soi-disant exprimant le mal de vivre et la crise de la cinquantaine, celles-ci révèlent la fin de course d’une imagination encore trop circonscrite.

Si certaines chansons sont mignonnes (« Même sans toi », « Trier des cailloux » avec sa petite fille), on a l’impression de ne les apprécier que pour les subterfuges émouvants que Jamait a placés, et qu’il ne fait plus appel à son génie de l’époque du Bar de l’Univers. L’association à Zaz ne fait pas mouche, malgré la communauté artistique de ces chanteurs, et les répétitions de phrases sans réel intérêt pour la chanson lassent parfois.

Il demeure que Jamait est une bande de virtuoses de la guitare, de l’accordéon et du chant, ce que faisait souvent oublier la qualité des textes passés. Un album plein d’énergie, qu’apprécieront sans doute les nouveaux auditeurs.

Ce week-end, 48h de fête à Paris avec le label In Fine
L’hommage à Delacroix de Fantin-Latour : un pied dans la modernité
Olivier Handelsman
Olivier Handelsman est étudiant en master de management à Grenoble École de Management, et étudie en échange à la Simon Fraser University de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) au second semestre 2013-2014. Licencié de Sciences Économiques à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Olivier est intéressé par la micro-économie, l'entrepreneuriat, le management stratégique, de l'innovation, de la musique, des systèmes d'information et des nouvelles technologies. Olivier Handelsman a été scénariste de courts et longs-métrages en machinima (images de synthèse issues de jeux vidéo), et a une expérience professionnelle de pigiste dans différents médias tels que le journal Le Point (hors-série Références), PC Jeux et Millenium Source, ainsi que d'auditeur de service client, de programmeur Visual Basic et de démonstrateur produit.

One thought on “Jamait, la saison 4”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *