Livres

Un prefet dans la Résistance : portrait documenté de Jean Benedetti

28 janvier 2013 | PAR Yaël Hirsch

Ancien collaborateur parlementaire à l’Assemblée nationale et au Parlement européen, professeur à Paris IV et responsable de la communication de l’INSERM, Arnaud Benedetti est allé fouiller dans les archives à la fois familiales et nationales pour dresser le portrait de son oncle : le Préfet Jean Benedetti (1902-1981). Un livre qui parvient à être à la fois passionné et parfaitement historique, familial et néanmoins universel dans les questions qu’il pose sur les mécanisme et les éclairages divers de la Résistance. A découvrir chez CNRS éditions.

D’origine, corse, élevé en Algérie, marchant dans les pas de son frère quand il embrasse la carrière juridique, Jean Benedetti entre en politique jeune et monte doucement les échelons de l’administration : chef de Cabinet de Fernand Leroy à Perpignan, Vanne et Colmar avant d’entrer dans « la préfectorale » comme secrétaire général dans le Cantal. A l’orée de la guerre, il est sous-préfet à Vire et proche du père de Michel Drucker, Abraham. Il est ensuite muté comme sous-préfet à Dunkerque, juste après la catastrophe pour sa finesse et sa loyauté…Nommé comme préfet délégué de l’Hérault, à Montpellier en pleine guerre, en 1942, il prête serment au maréchal en présence de Darlan et Pucheu, ce qui ne l’empêche pas d’entrer en résistance, à ce poste, puis à celui de préfet du Vaucluse qu’il occupe en Avignon à partir de 1944. Aidé des ses adjoints Camille Ernst et Roger Fridrici, il protège certains résistants et sauve plusieurs centaines d’enfants. Arrêté en même temps que d’autres préfets, soupçonné de défendre Laval contre  Déat, Jean Benedetti est déporté à Flossenburg. Quand il en revient, il est l’un des rares préfets à ne pas subir de sanction parmi les 275 hauts administrateurs qui ont servi l’État de Vichy. Il est nommé à Dijon et fait Grand officier de la légion d’honneur et croix de guerre, bien après la guerre. Sa carrière continue de progresser, remplie d’honneur (avec sa femme, Odette ils reçoivent même la jeune Elizabeth II en 1957 lorsqu’il est en poste dans le Nord) jusqu’à la préfecture de la Seine qu’il garde de 1958 à sa retraite en 1963. Président des Charbonnages de France, il refuse néanmoins de se présenter aux sénatoriales de 1968, se considérant au service de l’État et non homme politique.

Retraçant le parcours exceptionnel de son oncle, Arnaud Benedetti décrit dans un style très littéraire une très belle ascension. Portrait d’un homme au service de l’État, « Un Préfet dans la résistance » insiste sur les années de Guerre. Bien sûr, la jeunesse en Algérie, les années sciences-po, l’ascension d’Entre-deux-Guerres ou les honneurs de l’Après-guerre sont présents et documentés. mais ce qui intéresse Arnaud Benedetti, à travers le portrait de cet oncle-modèle, c’est bien de comprendre à quel moment et pourquoi un fonctionnaire exemplaire cesse d’obéir aux ordres pour suivre l’éthique et les règles de conduite que lui imposent sa propre conscience. Dès l’introduction, l’auteur nous prévient : « Toute l’interrogation que suscite Jean Benedetti durant cette période consiste à comprendre comment il parvint à concilier ainsi la tenue de son poste avec une activité résistante ». Si les grandes actions du préfet sont bien rapportées, toute l’originalité du livre est bien de ne pas s’épancher sur l’émotion que pourraient susciter ses actes héroïques, mais de préférer rester dans le ligne droite de cette interrogation morale et historique. Tout en nuances et en subtilités, le portrait qui s’en dégage est d’autant plus bouleversant de droiture et d’humanité. Un très beau livre, par un vrai historien si amoureux d’Histoire que c’est en usant de la méthodologie la plus stricte de cette discipline qu’il offre le portrait le plus personnel de son oncle.

Arnaud Benedetti, Un Prefet dans la Résistance, CNRS éditions, 350p., 20 euros. Sortie le 3 janvier 2013.

L’homme de ses rêves de John Cheever: les premiers récits du maitre de la nouvelle
[Live Report] Le théâtre du Rond Point rassemble les personnalités pour le Mariage pour tous
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture