Fictions
“La peau du dos” : roman qui gratte les pages de l’histoire et de l’art

“La peau du dos” : roman qui gratte les pages de l’histoire et de l’art

19 août 2022 | PAR Marianne Fougere

Habitué du genre biographique, Bernard Chambaz se penche sur l’amitié qui a uni le peintre Auguste Renoir à Raoul Rigault.

 

C’est l’histoire de deux jeunes hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer. L’un peint le monde. L’autre cherche à le renverser. L’un deviendra célèbre. L’autre tombera dans l’oubli sitôt l’épisode de la Commune refermé. Tout les oppose. Et pourtant, les chemins d’Auguste Renoir et de Raoul Rigault se croisent malgré tout. Malgré les sursauts de l’histoire. Une première fois dans la forêt de Fontainebleau. Une seconde à la préfecture de police. Chacun va sauver la mise de l’autre. Renoir en portant secours à Rigault alors qu’il fuit la police de Napoléon III. Rigault, devenu procureur de la Commune, en sortant Renoir des griffes du peuple qui l’a pris pour un espion à la solde des Versaillais.

Avec La peau du dos, Bernard Chambaz revient sur cette amitié. Avec pudeur. Comme peuvent l’être les amitiés masculines. L’histoire en toile de fond, il décrit leurs promenades dans un Paris chamboulé, retranscrit leurs échanges, pousse la porte des restaurants et salons privés qu’ils fréquentent. Mieux, l’amitié entre Renoir et Rigault lui sert de support pour peindre la splendeur des crépuscules. Ceux du matin comme ceux du soir. Ceux des lendemains qui chantent comme ceux tangibles et palpables.

 

Bernard Chambaz, La peau du dos, Paris, Éditions du sous-sol, sortie le 19 août 2022, 144 p., 17 euros.

Visuel : couverture du livre

 

“Le colonel ne dort pas”, il ne quittera plus nos nuits
“Vivance” : personnage en quête de sens
Marianne Fougere

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture