Livres

Sélection du prix Renaudot

Sélection du prix Renaudot

21 septembre 2011 | PAR Amelie De Chaisemartin

Le jury a publié la première sélection du prix Renaudot. 15 romans et 4 essais sont en compétition. Le prix Renaudot a été créé en 1926 par dix journalistes et critiques littéraires, en attendant les délibérations du prix Goncourt. La présence nombreuse de journalistes dans le jury fait ainsi la spécificité de ce prix, qui complète le prix Goncourt. Frédéric Beigbeider et Jérôme Garcin ont rejoint cette année le rang des jurés.

Sept titres choisis par le jury avaient aussi été sélectionnés pour le prix Goncourt: Limonov d’Emmanuel Carrère, L’art français de la guerre d’Alexis Jenni, Du Domaine des Murmures de carole Martinez, Le système Victoria d’Eric Reinhardt, Jayne Mansfield 1967 de Simon Libérati, Tout, tout de suite de Morgan Sportès, Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan.

Du temps qu’on existait de Marien Defelvard avait été également sélectionné par le jury du prix de Flore, et Kampuchéa de Patrick Delville et Assommons les pauvres ! de Shumona Sinha avaient déjà été sélectionnés par le jury du prix Médicis.

5 romans s’ajoutent donc au palmarès de la rentrée littéraire:

Un amour de frère de Colette Fellous, dans lequel la narratrice, Colette, raconte le tourbillon de souvenirs qui lui sont revenus quand elle s’est cru mourir, notamment celui, obsédant, de son frère.

Brut, de Dalibor Frioux, dans lequel l’auteur dresse un portrait qui remet en cause l’image de démocratie sociale et écolo idéale de la Norvège.

Le ravissement de Britney Spears, de Jean Rolin, un roman parodique où la pop star se sent menacée par un groupuscule islamiste.

Paris en temps de Paix, de Gilles Martin-Chauffier, une enquête sur fond de guerre des clans dans une cité du XVIIIème arrondissement.

Vers la mer d’Anne-Sophie Stefanini, dans lequel une jeune fille fait avec sa mère la route Paris-Nice, avant de prendre son indépendance.

8 essais ont été retenus:

Michka Assayas, Faute d’identité (Grasset)

Michel Crépu, Le souvenir du monde : essai sur Chateaubriand (Grasset)

Claude Durand, Agent de Soljénitsyne (Fayard)

Gérard Guégan, Fontenoy ne reviendra plus (Stock)

Marie Lebey, Oublier Modiano (Léo Scheer)

Laure Murat, L’homme qui se prenait pour Napoléon (Gallimard)

Pierre Nora, Historien public (Gallimard)

Sylvain Tesson, Dans les Forets de Sibérie (Gallimard)

Voici de quoi enrichir son programme de lecture, en ce début d’année.

BLANC Ou la poésie singulière des êtres marginaux et solitaires au Théâtre de la Loge
Splendid’s à l’Athénée : un Genet coup de poing
Amelie De Chaisemartin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *