Polars

« Terminus » de Tom Sweterlitsch : A la croisée de True Detective et de L’Armée des 12 singes

« Terminus » de Tom Sweterlitsch : A la croisée de True Detective et de L’Armée des 12 singes

19 août 2019 | PAR Julien Coquet

Des voyages temporels et des meurtres aux ramifications complexes. De quoi faire de Terminus un très bon moment de lecture.

Terminus fait maintenant partie des très bonnes révélations de la science-fiction. Au milieu d’intrigues vues et revues et de thèmes ressassés, Terminus se démarque vraiment par son souffle romanesque et le mélange de trois genres : la science-fiction, l’horreur et le polar. Le bandeau qui entoure le livre est prometteur : « Quand Inception rencontre L’Armée des 12 singes et True Detective ». A cette triplette gage de qualité et de complexité, rajoutons Minority Report où Tom Cruise cherche à éviter des crimes prédits par des êtres mutants, les précogs. Inception pour la mise en abyme, la construction du récit en poupée gigogne. L’Armée des 12 signes (La Jetée diront les puristes) pour cette confrontation du passé et du présent. True Detective pour cette ambiance angoissante où les meurtres sont signés par des mobiles inquiétants. Un cocktail détonnant.

Shannon Moss, agent du NCIS, fait partie d’une unité spéciale travaillant sur les voyages dans le temps. Elle doit enquêter sur le meurtre abominable d’une famille où le père serait le meurtrier, un homme qui avait embarqué sur l’un des vaisseaux effectuant régulièrement des voyages dans le temps. L’intrigue progresse et les indices se recoupent tandis que l’ombre du Terminus plane inexorablement, cette fin du monde prévue dont la date fixée est à chaque fois avancée. Pour trouver plus d’indices sur cet horrible meurtre et avancer dans son enquête qui piétine, Shannon est envoyée dans un des futurs possibles.

Terminus est un véritable labyrinthe qui pourra mener le lecteur à se perdre. Une lecture attentive est donc recommandée. Une fois l’effort intellectuel passé, on ne peut que se réjouir de la maîtrise de l’auteur à construire sa complexe intrigue et ses rebondissements. On ne peut qu’être bluffé face à la description d’un monde et d’un système parsemés de véritables moments d’horreur et d’angoisse. Un roman addictif sur un thème décidément pas facile, le voyage dans le temps. En espérant rapidement une adaptation cinématographique de qualité qui saura rendre justice au génie de la narration de Tom Sweterlitsch…

Terminus, Tom Sweterlitsch, Albin Michel, 448 pages, 24,9 euros

« Le ghetto intérieur » : Santiago H. Amigorena raconte les affres de son grand-père
Au festival d’Aurillac : « J’ai peur quand la nuit sombre », une pièce lacanienne d’après le Chaperon rouge.
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *