Polars
Le Bloc de Jérôme Leroy, quand l’extrême droite rentre au gouvernement…

Le Bloc de Jérôme Leroy, quand l’extrême droite rentre au gouvernement…

11 novembre 2013 | PAR Le Barbu

le-bloc

[rating=3]

Jérôme Leroy est né en 1964. Écrivain, il est l’auteur d’une vingtaine de livres dont Monnaie Bleue (La Table Ronde), et La Minute prescrite pour l’assaut (Fayard/Mille et une nuits). Le Bloc, qui a reçu le prix Michel Lebrun en 2012, est son premier roman en Série Noire. Il est réédité en format poche dans la collection Folio Policier.

Sur fond d’émeutes de plus en plus incontrôlables dans les banlieues, pour ne pas parler de guerre civile ente un État qui ne contrôle plus rien et une population en marge de la société française, Le Bloc patriotique, un parti d’extrême droite, s’apprête à rentrer au gouvernement. Ce roman est le roman d’une nuit où tout bascule. La crise profonde que vit la France pousse le gouvernement à négocier avec l’extrême droite pour entrevoir une sortie des émeutes qui ravagent le pays et grossissent le compteur des morts qui tombent dans ces nuits de violences extrêmes entre forces de l’ordre et « racailles de banlieues ». Dans cette nuit où tout se négocie, deux hommes, Antoine et Stanko, se souviennent. Antoine est le mari d’Agnès Dorgelles (comprenez Marine Lepen), présidente du Bloc. Stanko est le chef du service d’ordre du parti. Il doit dégager, disparaître, devenu gênant, comme une tache venant ternir l’aura d’un parti qui doit surveiller, nettoyer son image en vue de négociations politiques, comme Hitler avait liquidé ses SA. Cette nuit doit devenir l’aboutissement de vingt-cinq ans d’une histoire obscure, mêlée de violence et de manipulation, pendant lesquelles Antoine et Stanko ont été comme des frères.

Le Bloc est un roman violent et malsain. C’est un roman qui fait peur, ancré dans une réalité française contemporaine de montée du nationalisme sur fond de crise. Tout ou presque est de l’ordre du vécu et fait écho au cauchemar des élections présidentielles de 2002. Malgré l’utilisation de noms d’emprunts, on retrouve dans ce livre de nombreuses personnalités politiques, aisément reconnaissables à leurs traits physiques ou à leur parcours politique. La famille Lepen (Dorgelles dans le bouquin), patriarcale, clanique, et hiérarchisée, est au grand complet, sous le regard bienveillant du Chef.

La violence est de toutes les pages. Violence physique et violence verbale flirtent entre haine, racisme et jouissance. Tout le monde y passe, hommes politiques de gauche ou de droite, journalistes, bobos, immigrés, musulmans, gauchistes, anarchistes, et même les trop tendres ou les traîtres du Bloc.

Le Bloc est un roman inquiétant, une véritable plongée en enfer, à lire absolument, en espérant qu’il ne soit pas divinatoire.

Jérôme Leroy, Le Bloc, Folio Policier, octobre 2013, 336 pages, 7.20 euros

Maryan célébré par le MAHJ et Robert Combas
[Chronique] « Devil and Crossroad » de Scarecrow : du blues au hip hop il n’y a qu’un pas…
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *