Livres

Philipp Meyer, « Un arrière-goût de rouille »

Philipp Meyer, « Un arrière-goût de rouille »

19 décembre 2012 | PAR Le Barbu

 

Philipp Meyer, « Un arrière-goût de rouille »

 

 

 

Né dans une banlieue ouvrière de Baltimore, Phillipp Meyer laisse tomber l’école à l’âge de 16 ans. Il décide rapidement de devenir écrivain. Mais croulant sous les dettes il décide de travailler dans le secteur bancaire à Londres, puis en Suisse. Ayant réussi à tout rembourser, il revient à son rêve et écrit « Un arrière goût de rouille » en 2009 (American Rust). Ce premier roman publié dans une dizaine de pays est réédité depuis peu en format poche dans la collection Folio Policier.

 

À Buell, Pennsylvanie, les hauts-fourneaux sont éteints depuis belle lurette. Ce qui reste des heures glorieuses de la sidérurgie n’est que misère, délabrement, rouille. La somptueuse et sombre nature alentour, les inquiétants paysages de gares de triage désaffectées et d’usines à l’abandon, les bars glauques où des hommes aux abois ruminent leur triste destin, tout suinte le désespoir.

A vingt ans, unis par une improbable amitié, le chétif Isaac English et l’athlétique Billy Poe devraient être à l’université, mais aucun n’a quitté sa vallée natale. Tandis qu’Isaac le surdoué s’occupe de son père invalide, Billy l’athlète raté se défoule dans les bagarres…

Quand le premier se décide enfin à tenter sa chance ailleurs, avec en poche quatre mille dollars volés à son père, Billy accepte de faire un bout de route avec lui.

Mais un incident les oppose presque aussitôt à des vagabonds, et le drame se noue. Ils se retrouvent avec le cadavre d’un de ces vagabonds sur les bras, mettant à mal toutes les loyautés, amicale, amoureuse, familiale, et humaine.

 

Vous l’avez compris dans le résumé, Philipp Meyer nous plonge dans une Amérique en pleine déroute industrielle où règne le chômage, l’ennui et l’alcool.

Les usines ont fermé les unes après les autres, et la nature reprend ses droits. Les cerfs, les coyotes et les ours sont revenus, symbolisant surement l’espoir d’une vie nouvelle, qui sait, d’une vie meilleure.

Le roman fait varier les points de vue d’une manière polyphonique. Ainsi, chaque chapitre porte le nom de l’un des personnages: Isaac, Poe, Harris le policier, Grace la mère de Poe, Lee la sœur d’Isaac et ainsi de suite…

Chacun essaie de s’en sortir comme il peut, quand ils essaient vraiment de s’en sortir. Ils sont tous la somme d’occasions non saisies, de regrets, de désespoir et de rêves. Mais aucun, à part Isaac et sa sœur, n’a tenté de partir, de fuir.

Un arrière-goût de rouille est le premier roman de Philipp Meyer, un premier roman réussi dans l’ensemble, bien que parfois on pourrait le trouver un peu long, voir ennuyeux . Peut-être que c’était dans l’intention de l’auteur de nous mettre dans la tête de personnages qui tournent un peu en rond, comme dans leur propre vie en somme, une vie ennuyeuse.

Mais une fois que vous avez commencé ce livre, il est difficile d’en sortir, et au final vous vous rendez vite compte que vous êtes en train de le dévorer.

 

 

 

 

Philipp Meyer, « Un arrière-goût de rouille », Folio Policier N°677 , Traduit de l’anglais par Sarah Gurcel, 512 pages – 8,10 €. Parution le 16-11-2012.

 

http://www.philippmeyer.net/

http://www.gallimard.fr/foliopolicier/index1.htm

[Live report] The XX : extase mélancolique
Aki Shimazaki nous raconte le Japon: entre beauté et tragédie
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *