Mangas
Terra Formars T2 : la haine des cancrelats

Terra Formars T2 : la haine des cancrelats

27 août 2013 | PAR Sandra Bernard

terra formars T2

La lutte contre les Terra Formars s’était achevée avec le retour de la capsule de survie du vaisseau bugs 2, mais, 20 ans après, une nouvelle menace fait son apparition sur Terre .. et la solution pourrait bien se trouver dans les étoiles.

Si le premier tome de terra formars,véritable huis clos où chacun luttait pour sa survie dans un milieu hostile et inconnu, semblait presque un one shot, ce second tome marque un profond changement et ce qui semble être le véritable commencement de la série.

Vingt ans après la mission bugs 2, un mystérieux mal touche une partie de la population. Ce virus, que rien ne peut arrêter, semble d’origine martienne. Afin de contrer cette nouvelle maladie, une nouvelle mission baptisée « Annexe 1 » est programmée. Cette fois, les jeunes astronautes, au nombre de 94, sont clairement informés de la mission et de ses dangers. Pour accomplir cette tâche, ils sont sous le commandement de 6 officiers aux capacités particulièrement affutées. Akari Hizamaru, l’une des jeunes recrues, présente des caractéristiques tout à fait intéressantes, puisqu’il peut se transformer naturellement. Il s’agirait d’une mutation transmise par l’un de ses parents. Cette caractéristique est commune avec la jeune et implacable lieutenante Michelle K. Daves, fille du regretté et héroïque commandant de Bugs 2. Ces deux forces de la nature, ainsi que quelques uns de leurs jeunes camarades, sont mis en avant. D’autres ne font qu’un passage éclair…

Les fans du premier tome seront ravis d’apprendre que Shôkichi Komachi, qui frappe comme le bourdon et pique comme l’abeille, est de retour en tant qu’officier. Ses méthodes peu orthodoxes permettent de détendre le climat électrique qui règne parmi les jeunes recrues. Le second survivant de Bugs 2, Ichirô Hiruma, n’est qu’évoqué, mais espérons qu’il refera son apparition.

Plus calme que le premier tome, ce second volume prend le temps d’expliquer la situation et commence la présentation des personnages et de leurs motivations ainsi que les liens qui se tissent entre eux. Les scènes d’actions, bien qu’un peu moins nombreuses, sont toujours aussi intenses et sanglantes. Bien que préparés et informés, le choc de la première confrontation avec les terra formars va s’avérer rude voire fatal pour plusieurs d’entre eux, le tome s’achevant sur les prémices d’un carnage.

Graphiquement, il n’y a pas de changements notables par rapport au premier volume. Côté scénario, Yu Sasuga soulève plusieurs questions : comment le virus est arrivé sur Terre, pourquoi la mission a été avancée, comment les terra formars ont investi le vaisseau alors qu’il est encore en vol, que souhaitent réellement les dirigeants de la mission, etc et garde le secret sur les capacités des jeunes héros et sur l’identité de deux des officiers.

Ce seinen, résolument axé sur l’action, semble bien parti pour marquer cette année 2013. Le tome 3 se profile déjà, de quoi rassurer les amateurs d’entomologie musclée.

Page sur le site de l’éditeur VF

TERRA FORMARS © 2012 by Yu Sasuga, Kenichi Tachibana / SHUEISHA Inc.

Informations pratiques : Code EAN : 9782820306807, Référence : M9782820306807, Code ISBN : 978-2-82030-680-7, Nb de pages : 208, NUART : 5989694, Éditeur : Kazé

Lolë invite 4000 yogi à pratiquer au Grand Palais le 1er spetembre
La première compilation de Moby sort en exclusivité sur vente-privée
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *