Mangas

La Fleur Millénaire T1 :Une fleur dans l’adversité

La Fleur Millénaire T1 :Une fleur dans l’adversité

24 mars 2013 | PAR Sandra Bernard

Kaneyoshi Izumi, habituée des shôjo (manga pour jeunes filles) en tant qu’auteure de Seiho Men’s School et de 100% Doubt se détourne des schémas classiques du genre avec sa nouvelle série : La fleur millénaire. Intrigues de palais, meurtre et vengeance sont au programme de ce shôjo d’aventure des plus prometteurs publié chez Kazé.

Dans des temps reculés, dans une contrée évoquant la Chine ancienne, le riche royaume de  prospère grâce à son alliance avec les royaumes de Do au Sud et de Ko à l’Est. Cette alliance, scellée par des mariages royaux, est pourtant des plus fragiles, le grand royaume de Do souhaitant annexer son voisin de l’Est. Cette rivalité se retrouve à la cour du pays de  où les deux épouses royales, issues de ces deux nations, s’affrontent. Or, à l’image de leur pays d’origine, la reine de Do ayant donné un fils au roi de Â, a ses faveurs et celles de la cour, quant à la seconde, pourtant épouse officielle du pays de Â, « seulement » mère d’une fille, elle a été rejetée de tous et vit misérablement dans une sinistre masure du palais. C’est dans cette ambiance d’intrigues que grandit la petite Aki, princesse espiègle mais également délaissée par son père. Elle a huit ans lorsqu’elle rencontre Hakusei, un enfant esclave blond aux yeux bleus. Celui-ci décide de la suivre et de lier son destin au sien malgré le peu de moyens de la princesse et de sa mère, la maladive reine de Ko. En quête d’un remède pour sa mère, elle rencontre Sitetsu, un riche marchand qui décide, pour d’obscures raisons, de pourvoir à son éducation. Les années passent, Aki et Hakusei grandissent dans un climat de plus en plus instable. La guerre semble de plus en plus proche et un faux pas risque de mettre le feu aux poudres. C’est une partie de chasse qui fait basculer le destin de la princesse et celui de ses proches : sa mère et Hakusei. L’affront est terrible et les conséquences dramatiques…

Contrairement à ce que l’on pourrait penser en voyant la couverture, il n’est point (pour le moment?) question de romance. Cette princesse subit l’ire du couple royal et bientôt, ayant presque tout perdu, c’est la vengeance qui guidera ses pas. Ce n’est pourtant pas une héroïne furieuse et vindicative que nous dépeint l’auteure. La jeune fille, durement touchée par la vie malgré son jeune âge, fait preuve d’une certaine douceur et d’un esprit des plus vifs. Élevée loin des conventions de la cour, elle n’a de cesse de bousculer les conventions, même si, au fond, tout ce qu’elle souhaite c’est l’amour de ses proches et la reconnaissance de ses capacités. Doux mélange de naïveté, de courage, de clairvoyance et de volonté, l’on s’y attache sans peine, d’autant qu’elle s’éloigne des héroïnes nunuches et larmoyantes souvent associées aux shôjos. De même, sa relation avec sa mère s’avère juste et émouvante. Les liens entre Aki et Hakusei son « esclave » et seul ami sous-tendent l’histoire dès le début, apportant humanité et humour au récit. Hakusei, encore peu développé, ne semble pas être le bishonen (beau jeune homme) habituel.

Si ce synopsis semble compliqué au premier abord, il n’en est rien au cours de la lacture. Kaneyoshi Izumi maitrise parfaitement son récit, à la fois fluide et limpide. Elle ne s’étend pas inutilement en longueur, rendant ce premier volume très dynamique et accessible. Les contextes géographiques, politiques et diplomatiques sont très facilement compréhensibles.

L’aspect un peu spécial des personnages en couleur sur la couverture est bien en deçà des graphismes intérieurs des plus agréables. Là encore, la maitrise de l’auteure est indéniable. Les lignes sont épurées et les détails tout comme le décor sont très discrets afin que le lecteur se concentre sur les personnages et leurs émotions. Les scènes d’actions sont dynamiques. Notons que la couverture plutôt joyeuse est quelque peu trompeuse par rapport au contenu.

Pour conclure, La fleur millénaire est une vraie bonne surprise avec son histoire prenante et ses personnages attachants. Les pistes ouvertes par ce premier tome laissent présager une suite épique où lutteront armes et esprits. Enfin, le mystère entourant cette fleur mythique est des plus intrigants.

Visuels : JOOU NO HANA © 2008 Kaneyoshi IZUMI / SHOGAKUKAN

La Chasse au trésor de Raphaëlle Adam
Early Works : Anne Teresa de Keersmaeker à l’honneur à l’Opéra de Lille
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *