Mangas
Gigantomachia : à bas les géants de l’Empire

Gigantomachia : à bas les géants de l’Empire

16 août 2015 | PAR Sandra Bernard

Drôle de titre pour une étrange histoire ! Les éditions Glénat viennent d’ajouter à leur catalogue déjà bien fourni, le one shot Gigantomachia, un seinen intrigant de Kentaro Miura, le créateur de Berserk. 

[rating=5]

Dans un monde post apocalyptique, Delos, homme puissant mais candide et foncièrement gentil, traverse les terres hostiles, accompagné de Promé, une étrange jeune fille à la recherche de civilisations cachées et de géants qu’ils nomment « fragments de Gaya ». Leurs pas les conduisent dans le désert des hommes scarabées, de redoutables guerriers opposés depuis de longues années aux soldats de l’Empire. Après une prise de contact rude, les deux voyageurs parviennent à se faire accepter par les farouches guerriers. Avec l’arrivée de l’armée impériale, le combat contre le géant (gigantomachia) peut commencer.

Après un début in média res, ce récit testostéroné prend un tournant plus surprenant. L’étrange relation entre les deux voyageurs et les étranges capacités de la jeune Promé provoque quelques situations cocasses mais soulève également beaucoup de questions sur la nature exacte de Promé et sur le contexte de l’histoire.

Ce one shot séduit par son récit original et bien mené et par la qualité de ses dessins à la fois détaillés et précis possédant une grande force d’expression. L’on regrette toutefois que le récit soit trop court.

Informations pratiques :

Kentaro Miura, Gigantomachia, éditions glénat, Collection Seinen, Format : 130 mm x 180 mm, Façonnage : Souple, 240 pages, Paru en juillet 2015, Prix: 6.90 €

Visuel : Couerture de l’ouvrage

« Boussole » : Mathias Enard aux portes de l’Orientalisme
Quelle est la ville la plus design du monde ?
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *