Mangas
Fukushima : Les cerisiers fleurissent malgré tout

Fukushima : Les cerisiers fleurissent malgré tout

01 mars 2013 | PAR Sandra Bernard

Il est des évènements qui marquent à jamais l’histoire d’un pays, la catastrophe du 11 mars 2011 au Japon en est un. Habitué des tremblements de terre, le peuple japonais a été profondément ébranlé par celui du 11 mars 2011, le tsunami qui l’a suivi et surtout par les évènements survenus à Fukushima. Car, plus encore qu’une catastrophe naturelle, c’est la gestion de la crise par les autorités qui pose le plus de questions.


Le seinen manga Les cerisiers fleurissent malgré tout évoque la palette des sentiments ressentis par une jeune japonaise expatriée en Italie au moment de la tragédie. Ce récit à la première personne nous permet d’aborder et de suivre la situation, ce qui est assez rare du point de vue d’une japonaise qui croit, qui s’énerve, qui s’inquiète mais espère toujours malgré les doutes et les mensonges. Les différents récits que rapporte la narratrice, sur son enfance et ses proches contribuent à rapprocher le lecteur des protagonistes. Toutefois, le récit reste très pudique, comme on pouvait s’y attendre.

L’éloignement géographique permet une distance et une tension dues à l’insupportable attente d’informations puis à l’impuissance et la solidarité qui se forme autour des rescapés. La démarche est ainsi totalement opposée au recueil paru il y a un an 8 regards sur le Japon 1 an après. Les huit récits rapportant la journée du 11 mars et ses conséquences à plus ou moins long terme sur la population, suivant huit points de vues très différents tantôt graves et tantôt légers.

Keiko Ichiguchi connue pour ses mangas (1945, America… datant de 1997) mais aussi pour ses ouvrages sur le Japon tel Pourquoi les japonais ont les yeux bridés (2004), nous livre ici un récit très personnel.

Visuels : © by ICHIGUCHI Keiko /©Kazé manga édition 2012

Forêt-Wood d’Olivier Douzou et José Parrondo
Un incroyable week-end à Paris Le best of! de Catherine Jarrige
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

3 thoughts on “Fukushima : Les cerisiers fleurissent malgré tout”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *