Mangas
Fate zero tome 1 : retour aux origines

Fate zero tome 1 : retour aux origines

27 février 2014 | PAR Sandra Bernard

Ce début d’année décidément riche en nouveautés manga voit la parution française de Fate Zero, préquel de la célèbre licence Fate/Stay Night (disponible en France en DVD et en manga) aux éditions Ototo. Retour une dizaine d’années en arrière pour lever le voile sur les nombreuses zones d’ombres de la série originale. 

[rating=4]

FateZero-1-Jaq

Il y a de cela deux cents ans, les Einzbern, les Makiri et les Tôsaka, trois grandes familles de mages, ont décidé d’unir leurs pouvoirs et leurs connaissances pour atteindre l’ « autre côté du monde ».  C’est ainsi qu’est recréé le Saint Graal, le « Récipient ultime ». Cependant, ce calice ne peut réaliser le vœu que d’un seul être humain. La collaboration entre les magiciens se transforme alors en conflit violent et sanglant. En outre, les conditions de son apparition ne sont réunies que tous les 60 ans. Lorsque le moment approche, sept mages sont désignés par le Graal pour participer aux hostilités et marqués d’un tatouage dit « sort de commandement ». Pour les aider dans cette rude bataille, chacun évoque un servant : matérialisation de l’âme d’un guerrier légendaire.
Après trois défaites consécutives dans sa conquête du Saint Graal, la famille Einzbern est bien décidée à vaincre cette ultime bataille. Elle engage le redoutable Emiya Kiritsugu, plus connu sous le nom de Tueur de Mages, et lui confie une relique qui lui permettra d’invoquer le plus puissant des Servants parmi les Esprits héroïques : Saber.

Plus sombre et adulte que Fate/Stay Night, ce premier tome d’introduction présente une petite moitié des protagonistes impliqués, ainsi que de nombreuses explications relatives à ce conflit pour les nouveaux lecteurs. Les habitués de la licence de Type Moon seront pour leur part ravis de retrouver de vieilles connaissances.

Gen Urobuchi n’hésite pas à s’attarder sur les personnages afin de développer leur personnalité et leur background. Pour détendre l’atmosphère du titre, la narration de ce premier volume alterne principalement entre deux « groupes » de maitre-servant : Kiritsugu/Saber pour le côté sombre et sérieux et le duo comique formé par Rider et son jeune maitre. Plusieurs autres maîtres et servants font également leur apparition. On apprécie également l’apparition de comptes à rebours intrigants.

Les dessins de Shinjirô correspondent bien à la production Seinen/Shonen du moment avec des personnages travaillés aux traits fins et vifs. Les servants sont particulièrement réussis. L’ambiance générale du titre oscille entre ombre et lumière. Ainsi, certains personnages apparaissent presque systématiquement sur fond sombre ; hasard ou non, la suite nous le dira…

Informations pratiques :

Gen Urobuchi (scénario) et Shinjirô (dessin), Fate/Zero, Ototo, premier trimestre 2014, 12.8 x 17.9 cm, 7.99€, 6 tomes au Japon (série en cours)

La recette de Claude : smoothie de kiwi et banane
[Interview] Pascal Keiser : « Le festival d’Avignon entre dans la modernité »
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture