Mangas
« Darwin’s Game » T1 : Urban Hunt !

« Darwin’s Game » T1 : Urban Hunt !

19 février 2015 | PAR Sandra Bernard

Qui n’a jamais voulu jouer à un RPG (Role playing game) qui deviendrait réalité ? Darwin’s Game propose de suivre les aventures d’un newbie plongé malgré lui dans une sorte d’arène urbaine. Ce seinen est signé des auteurs FLIPFLOPs il est apparu aux éditions Ki-oon.

[rating=5]

darwin game t1

Darwin’s Game appartient à ce genre de manga qui vous emporte dans son sillon sans que vous ne puissiez lever le nez de ses pages. La mesure est tellement bien menée qu’elle se substitue aisément à la réalité. Ce qui pousse le lecteur à se projeter très facilement à la place du héros Kaname Sudo.

Celui-ci se retrouve embarqué sans le savoir dans un jeu de vie et de mort ou la fiction devient réalité : le « Darwin’s Game ». C’est en répondant à l’appel au secours d’un de ses amis par le biais d’un simple mail que Sudo est mêlé à ce jeu interconnecté socialement, avec l’environnement réel comme terrain des affrontements. Il se rend compte qu’il s’est engagé dans un jeu de rôle, ou la règle impose aux joueurs de se battre dans une sorte de (PvP : Player versus Player) afin d’engranger des points convertibles en véritables monnaies, ou tout simplement de survivre. De plus qui dit jeu de rôle dit également pouvoir magique dénommé ici par le terme « sigil ». Chaque joueur a son propre sigil qui lui permet d’invoquer une arme ou un pouvoir spécial. À la fin d’un match, chaque mort laisse une trace en forme de découpe franche dans les décors réels et le gagnant empoche des récompenses.

S’engage alors pour Kaname Sudo une lutte pour la survie lorsqu’un joueur de baseball portant un masque de panda, reconnu pour être un chasseur de « noobs » ou de « newbie », tente coûte que coûte de le tuer sans raison. Ce combat le conduit à faire la rencontre de Suka, une jeune participante qui lui propose son aide. Cette rencontre va s’avérer être extrêmement prolifique et importante pour la suite de sa survie.

Une telle bataille au sein de la ville ne peut passer inaperçue. Alors parallèlement aux déroulements du Darwin’s Game, la police enquête sur les mystérieuses forment laissées par les morts. Le sergent Tagonaka et son coéquipier Sakaki finissent par soupçonner Sudo qui se retrouve alors dans une situation qui le dépasse complètement…

Quintessence de l’esprit Escape room ou des ARG (Alternative Reality Game) en version gore et sans pitié, Darwin’s Game ne laisse pas indifférents les gamers ou autres amateurs de jeu de rôle grandeur nature. Il met en image les fantasmes d’un bon nombre de geeks en mêlant savamment virtuel et réel.

Techniquement, les auteurs n »en sont pas à leurs premiers essais. Loin du style très Kawaii de Nekogami yaoyorozu, Yuki Takahata esquisse des traits particulièrement réalistes. Une mention spéciale est faite pour les expressions faciales qui sont de toute beauté. Les dessins sont nets et précis. Les compositions articulent avec brio le récit de Ginko le deuxième auteur de FLIPFLOPs.

Dans la même lignée que King’s game ou encore Alice in borderlandDarwin’s Game réussit le pari de relancer le manga survival. À la manière d’un Battle Royal remit au gout du jour, ce seinen dépeint avec violence et énormément d’action, une bataille urbaine 2.0. Reste à savoir si les auteurs arriveront à nous tenir en haleine quant aux origines du Darwin’s Game.

Furyo

Informations pratiques :

FLIPFLOPs, Darwin’s Game T01, Ki-oon, Seien, Parution : 28-08-2014, Format : 13 x 18 cm, Nombre de pages : 192, Prix de vente : 7,65 €, Tomes parus en VO : 5 (série en cours)

Visuel : © 2013 FLIPFLOPs (AKITASHOTEN)

La réserve citoyenne, qu’est ce que c’est?
« Darwin’s Game » T2 : Manuel du Darwin’s Game…
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture