Mangas
« Assassination classroom » tomes 1 et 2 : des cours mortels

« Assassination classroom » tomes 1 et 2 : des cours mortels

20 décembre 2013 | PAR Sandra Bernard

La sensation manga du moment est un shonen original, vif et coloré nommé Assassination classroom. Publié aux éditions Kana, il retrace le quotidien d’une classe de collégiens japonais qui, en parallèle de leurs études, sont chargés d’assassiner leur professeur principal !! Mais ce dernier est loin d’être un être inoffensif… 

Un beau jour, 70% de la lune ont été détruits, à la stupeur générale. C’est alors qu’un être étrange, ressemblant à un poulpe souriant, revendique l’attaque et annonce que, dans un an, il fera de même avec la Terre, mais que, dans l’intervalle, il souhaite devenir le professeur principal d’une classe de collégiens en difficultés. Les dirigeants du monde, impuissants, ne peuvent qu’accepter cette demande. Ainsi, à la rentrée, les élèves découvrent leur nouveau professeur et leur nouvelle mission : profiter du temps passé avec leur étrange et dangereux sensei pour tenter de l’assassiner, sauver la planète et toucher une récompense mirobolante de 10 000 000 000 ¥. Seulement, on ne s’improvise pas assassin, et le professeur est quand même très compétent et finalement attachant.

Les deux premiers tomes d’Assassination classroom signent le début d’une série possédant tous les atouts pour rencontrer un large succès. Un sujet original et étrange, des personnages variés, beaucoup d’humour, de rebondissements et un dessin classique mais agréable.

Yusei Matsui réussit à proposer une intrigue pleine de rebondissements, aux personnages attachants, évoluant dans un environnement loufoque avec leur professeur gaffeur mais très dévoué, qui parvient à leur faire prendre conscience de leurs capacités et lentement à leur faire reprendre confiance en eux. Cette confiance, ils en ont bien besoin : élèves les plus médiocres d’un établissement de grand renom, ils sont sans cesse brimés et méprisés par les professeurs et les autres élèves. On remarque ainsi un certain parallèle avec Baka to test Shôkanjû pour la manière de traiter les élèves selon leur niveau.

L’ijime (nom donné à ce type de brimades) et la compétition scolaire sont à la base de ce titre. Ainsi, sous couvert de tentatives d’assassinats, Koro Sensei identifie et renforce les capacités et les talents cachés de ses élèves afin de mettre fin à leur situation et de les aider à atteindre leurs buts.

La nature et les motivations réelles de Koro Sensei sont une des principales interrogations du titre. Le mystère est entretenu par quelques flashbacks où une créature déterminée fait une promesse à une femme mourante.

Le premier tome, haletant, installe la série en présentant la situation et une partie des personnages. Le second tome voit l’apparition d’une nouvelle tueuse professionnelle, mais pour le moment peu utile, et les élèves sont confrontés à plusieurs situations délicates, mais qui ne font que renforcer leur motivation.

La lecture des deux premiers tomes de la série s’avère très agréable avec son ton décalé, son absence de temps morts et la relation qui se noue peu à peu entre le professeur et les élèves. Soutenu par un dessin classique mais très clair et efficace, l’on comprend que ce titre ait rencontré un tel succès au Japon. À suivre de près !

Visuel : Ansatsu Kyoshitsu © 2012 by Yusei Matsui / SHUEISHA Inc.

Page sur le site de l’éditeur

Informations pratiques :

Assassination classroom tome 1, 6.85 €TTC, parution : 04/10/2013, ISBN : 9782505019442, formats : 115 x 175, 192 pages .

Assassination classroom tome 2, 6.85 €TTC, parution : 04/10/2013, ISBN : 9782505019459, formats : 115 x 175, 208 pages.

Le Théâtre éphémère de la Comédie-Française a trouvé preneur
[Chronique] « Kulturkatzenjammer » : un Pajaro Sunrise 2.0
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *