Livres

Livres jeunesse : La princesse parfaite de Frédéric Kessler et Valérie Dumas et Une autre histoire d’Anthony Browne

05 décembre 2010 | PAR Sonia Dechamps

À l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil : deux conseils de lecture tous les jours.  Aujourd’hui, deux contes bien connus… et joliment revisités.

« Il était une fois un roi. Il rencontra une reine très belle, ils se marièrent… » Un petit air de déjà vu ? Attendez la suite : « … et n’eurent qu’un seul enfant. » Le ton est donné dès la première page. Un conte oui. Traditionnel, pas tout à fait. L’histoire, c’est donc celle de cette enfant unique qui, bébé, reçoit d’une fée le don de la perfection, d’où son nom : la Princesse Parfaite. La fée en question – dans le « décolleté vertigineux » de laquelle « louche le roi » -, c’est la Fée Margareth, qui devient alors la marraine de la princesse. Mais la perfection… est-ce réellement un cadeau ? En grandissant, la princesse réussit tout ce qu’elle entreprend, mais tous ses désirs consistent à satisfaire les autres. Des désirs propres, elle n’en a pas. La solution pour remédier à cela : changer de marraine – et donc de don-, ce qu’il est possible de faire à 16 ans lui confie – et conseille – sa mère la reine avant de mourir.

On retrouve ici les bases du conte traditionnel : la méchante belle-mère, des fées… mais quelques adaptations – non négligeables – ont été apportées. Un exemple : celle qui devient la belle-mère de notre princesse, à la mort de la reine, est en réalité la marraine de la jeune fille, fée avec laquelle le roi avait déjà « fricoté » dans sa jeunesse. A l’humour s’ajoute une jolie – bien qu’un peu facile peut-être – réflexion sur l’importance d’avoir des désirs à soi, mais aussi – sur le plan formel – de très beaux dessins, colorés avec bon goût.
Le thème retenu pour le festival, cette année, étant « Princes et Princesses », « La princesse parfaite » constitue une très bonne représentante du renouveau possible de ces récits princiers.

Tout le monde – ou presque – connait l’histoire de Boucles d’Or et les Trois Ours… Anthony Browne prend le risque de revisiter ce conte bien connu, l’actualise, et nous livre une version qui retient l’attention. La couverture est trompeuse, un brin trop sage. Le lecteur peut, en la voyant – et sans prendre garde à l’arrière plan -, penser avoir affaire à une histoire un peu fade, sans grande saveur. Ce n’est pas le cas. La couverture tournée, si le lecteur est surpris de retrouver le conte de Boucles d’Or – rien dans le titre ne l’indique -, il est surtout surpris du traitement de celui-ci. « Une autre histoire » met en parallèle, page après page, les deux aventures relatées dans le conte d’origine. Le dispositif est le suivant : sur la page de droite, souvent en plein page, l’histoire – aux couleurs pastelles, avec son impression d’intemporalité – de la famille ours. Sur la page de gauche, des vignettes très sombres suivent notre Boucle d’Or des temps modernes, une petite fille à lunettes, encapuchonnée. Alors que la famille ours sort (mais si, souvenez vous, la soupe est trop chaude !), la petite fille se glisse dans sa maison. Le parallèle est fait entre un certain réalisme (avec la petite fille perdue dans une ville moderne, se faufilant dans une maison vide) et le conte à l’état pur, l’imaginaire (la famille ours et son univers coloré). Rêve et réalité se mélangent ici avec poésie et tout est question d’interprétation, d’imagination. La visite imprévue apparaît ainsi comme une parenthèse enchantée, hors du temps, mais de courte durée. Quand le petit ours, voyant la fillette fuir suite au retour de la famille, se dit avec un soupçon de mélancolie : « J’aimerais bien connaître son histoire », le lecteur se sent un peu privilégié d’avoir eu lui le droit de suivre un petit bout de celle-ci.
Peut-être un peu gentillet, certes pas révolutionnaire – mais ce n’est pas le but -, « Une autre histoire » est un album charmant, très mignon, qui en dit plus qu’il n’y paraît.

« La princesse parfaite » de Frédéric Kessler et Valérie Dumas chez Thierry Magnier
« Une autre histoire » d’Anthony Browne chez Kaléidoscope

CD : The Black Eyed Peas, The Beginning ou la panzer-techno
1973, le royaume kitsch de Massimo Furlan
Sonia Dechamps

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *