Livres
L’homme qui était Sherlock Holmes d’Ely M.Liebow

L’homme qui était Sherlock Holmes d’Ely M.Liebow

16 avril 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Traduit de l’américain par Dominique Goy-Blanquet

Avec cette biographie du Docteur Bell, nous effectuons un retour aux débuts du mythe Sherlock Holmes. Ely M.Liebow qui faisait partie des « Baker Street Irregulars » autrement dit d’un club de passionnés de l’œuvre policière de Conan Doyle est remonté aux origines de la méthode de déduction holmeslessienne qui a fait la célébrité de ce personnage de détective.

Les sources de Sherlock Holmes et du docteur Watson se révèlent certes littéraires, Conan Doyle ayant nourri son héros entre autres de sa lecture des aventures du Dupin d’Edgar A.Poe et de l’inspecteur Lecoq d’Emile Gaboriau mais surtout ancrées dans la réalité. C’est en effet le professeur Joseph Bell, dont Conan Doyle suivit un temps les cours à l’université d’Edimbourg, qui va marquer durablement le jeune auteur par son intelligence, sa bonté, sa perspicacité et son sens de l’observation. C’est ce qui donne étoffe et profondeur psychologique au personnage de Holmes, il a à peu de choses près réellement existé en la personne du docteur Bell. Ce qui complexifie les choses est que Holmes a également des traits de caractère et de comportement qui sont propres à Conan Doyle lui-même pour certains et au fameux Vidocq pour d’autres.

Mais qui était Joseph Bell? Nous découvrons au fil des pages que sa lignée familiale en fait déjà une personne sortant de l’ordinaire dont la carrière médicale, poursuivant celle de son père, s’affirme très tôt remarquable. L’auteur nous raconte une histoire qui va bien au delà de celle de Joseph Bell, de sa famille et du mythe auquel il a donné naissance, il dresse une peinture très vivante de la société d’Edimbourg, de ses us et coutumes, de son évolution en termes de progrès médicaux et d’éducation. Maintes anecdotes piquantes nous permettent de nous représenter ce qu’ont été les vies de Joseph Bell et de Conan Doyle, de nombreuses citations, lettres, témoignages et photographies nous y aident également. Le grand combat de la médecine est alors de faire régner l’hygiène et d’anesthésier les patients pour qu’ils souffrent moins durant les opérations, les avancées du corps médical nous sont clairement expliquées les unes après les autres, le cas d’Edimbourg faisant figure d’exemple, ce qui rend ce livre passionnant à lire pas seulement pour les amateurs de romans policiers et les passionnés du mythe Holmes mais aussi pour tous ceux qui attachent à l’Histoire et à la médecine quelque importance. Certains des évènements relatés sont particulièrement touchants: l’amour que le docteur Bell porte à sa femme, la manière dont il sauva la vie d’un petit garçon en mettant sa propre existence en péril, le soin qu’il prit pour améliorer l’instruction et les conditions de vie des infirmières…

Nous découvrons un homme admirable qui fit tant pour la médecine qu’il se situe bien au dessus du personnage de fiction qu’est Sherlock Holmes, un homme lettré et polyvalent, maîtrisant avec brio le verbe tant à l’écrit qu’à l’oral, un être qui tenait une place considérable dans la société d’Edimbourg et ne faillit jamais à sa tâche, même après la mort de sa femme.

Cette biographie passionnante atteint le summum de son intérêt lorsque Joseph Bell se penche sur l’affaire Jack l’Eventreur. Mais si la réponse à cette question a été trouvée par le perspicace docteur, elle reste pour nous un mystère. Puis vérité et fiction se rejoignent et les relations Bell-Sherlock Holmes-Conan Doyle s’entrelacent si étroitement avec le succès des aventures du détective de papier que les deux hommes et leur créature semblent ne plus faire qu’un tout mythique et fascinant.

Un livre à ne pas manquer qui devrait réconcilier beaucoup de lecteurs avec le genre biographique.

A noter que la passion Sherlock Holmes est contagieuse et se transmet de génération en génération car la fondatrice des Editions Baker Street, qui portent bien leur nom, n’est autre que Cynthia Liebow, la fille de l’auteur de ce livre. A découvrir également chez cette éditrice Sept femmes contre Edimbourg du même auteur ou l’histoire vraie passionnante de sept femmes qui voulurent à l’époque du docteur Bell faire des études de médecine et donner l’accès à cette profession à toutes celles de leur sexe. Réalité historique et fiction policière se confondent et prolongent les aventures du docteur Bell (bientôt en critique sur toutelaculture).

Paris terrasses de Simon Roger et Sylvain Ageorges
Festival Prémices : Tristesse Animal Noir, Théâtre du Nord
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture