Livres

Roman : Le Courage du rouge-gorge, de Maurizio Maggiani

27 avril 2009 | PAR Thomas

courage-rouge-gorgeLe troisième livre de Maurizio Maggiani, Le Courage du rouge-gorge, nous parvient seulement maintenant en langue française, 14 ans après sa parution, et après avoir reçu deux prix italiens des plus prestigieux (Campiello, Viareggio). Il était temps de découvrir ce livre au croisement de la réalité et du rêve, de l’Histoire et de la fiction.

Saverio Pascale, fils d’émigré italien, vit à Alexandrie. Ayant perdu sa mère très jeune, et récemment son père, il se rapproche des amis anarchistes de ce dernier, toujours fourrés au Diwan Nabil, café d’Alexandrie où le premier étage leur est tacitement réservé. Volage et peu regardant des idées libertaires de son paternel et de ses origines, il s’y plonge néanmoins suite à la découverte d’un ouvrage de poésie du célèbre poète italien, Giuseppe Ungaretti. Ce livre le bouleverse. Alors qu’il part à la recherche du mystérieux port enseveli, il perd la raison et se retrouve à l’hôpital. Son docteur l’encourage à écrire afin qu’il guérisse. Et c’est assis à un petit bureau, installé dans sa chambre d’hôpital, que toute son histoire débute.

A travers son protagoniste, Maurizio Maggiani nous enjoint à explorer quelques pans de l’Histoire, de la religion, et des idées révolutionnaires assimilées à l’anarchisme et au communisme. Nous partons en Italie, à la découverte des terribles discordes qu’ont engendré la réforme luthérienne ; ou à Abou Makar en quête de foi et de réponses ; ou encore en Palestine, sujet toujours brûlant d’actualité. Partout où le narrateur nous emmène, il y a un combat à mener. Cependant ce n’est pas lui qui lève le point ou joint les mains. Perdu en pleine batailles d’idées aussi incongrues qu’effroyablement catégoriques, Saverio raconte et se raconte pour essayer de comprendre, savoir où se placer. Et c’est avant tout un extraordinaire sens du récit, un engouement particulier pour l’histoire, qui ressort de ce roman.

Nous prenons plaisir à suivre les tribulations fictives et oniriques du personnage principal. Que cela soit dans les ruelles d’Alexandrie qui disséminent leurs mille épices jusqu’aux narines des badauds, ou dans le désert égyptien, seul avec les scorpions, dans les volutes sablées, ou dans la foule de Rome à l’occasion d’une manifestation culturelle. Un petit bout de voyage sur quelques 400 pages, qui stimule notre esprit d’évasion, et nous met fortement en appétit d’aventure (et aussi de repas orientaux !).

« Il faisait nuit noire et la Montagne de la mort fumait partout de lampes et de lumignons, de vapeurs de fèves cuites et d’agneau rôti. Des tombes les plus belles et les plus hospitalières s’élevaient les lueurs des lampes au kérosène et les chuchotements vespéraux des familles. Les réfugiés du Sinaï se reposaient enfin, après mille milles de désert, dans leurs nouvelles maisons. » (p 84)

Le Courage du rouge-gorge, de Maurizio Maggiani, traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli, éd. Actes Sud, 382 p, 23 euros. Avril 2009

Thomas Gérard

Le Saut du Loup
« Les rayons et les ombres », 5e volet : Frank Borzage – Seventh Heaven
Thomas

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *