Jeunesse
Quatre soeurs tome 1: Enid de Malika Ferdjoukh et Cati Baur

Quatre soeurs tome 1: Enid de Malika Ferdjoukh et Cati Baur

25 janvier 2014 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

61hbgYhGBLL._AA160_Scénario de Cati Baur et Malika Ferdjoukh, dessin et couleurs de Cati Baur d’après l’œuvre originale de Malika Ferdjoukh en quatre romans publiée à l’Ecole des Loisirs

Enid a neuf ans, elle est la plus jeune d’une fratrie de cinq sœurs qui vivent seules dans une belle maison en bord de mer depuis la mort de leurs parents dans un accident de voiture. Leurs fantômes reviennent veiller sur les filles et Enid a des amis sympathiques comme Swift, sa chauve-souris, grâce à laquelle elle va faire une découverte surprenante.

51JK6KY9xcL._SY445_Malika Ferdjoukh est auteur pour la jeunesse et scénariste pour la télévision. Nous avons déjà eu l’occasion de découvrir ses talents avec les très réussis La bobine d’Alfred et La fiancée du fantôme (voir nos articles). Ses romans plein d’imagination et d’humour nous emportent, l’adaptation de sa série Quatre soeurs en BD est un grand plaisir pour tous ses lecteurs.

Cati Baur est un peu de chacune des cinq filles décrites dans cette série, elle dessine avec beaucoup d’inventivité l’univers de Malika Ferdjoukh, de quoi donner à toutes les lectrices l’envie immédiate d’habiter dans une maison similaire.

Ces quatre sœurs sont en fait cinq et n’ont pas grand chose à voir avec les quatre filles du docteur March auquel le titre fait penser. Nous rentrons dans l’intimité d’une famille pas comme les autres avec les fantômes des parents qui apparaissent à tous moments, une tante très très spéciale, de charmants animaux de compagnie et bien d’autres surprises. Chaque sœur est attachante à sa manière et a ses petits secrets, ce tome nous révèle ceux de la cadette qui adore les animaux. Un pur régal.

Editions Rue de Sèvres – date de parution: 8 janvier 2014 – BD jeunesse – 160 pages – 14 euros

Visuels (c): Editions Rue de Sèvres

[Live-Report] Anne Gastinel et l’Orchestre National de France
Philippe Raynaud analyse la « Politesse des Lumières »
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture