Jeunesse
« Nick’s Blues » de John Harvey : teenage blues in London chez Syros

« Nick’s Blues » de John Harvey : teenage blues in London chez Syros

23 septembre 2015 | PAR Le Barbu

John Harvey est un écrivain britannique, auteur de polars qui a écrit plus de 90 romans et de nombreux poèmes. On lui doit de nombreux scénarios pour la télévision et la radio. En France, il est connu pour les cycles Reznick et Elder. Il a été récompensé par le Diamond Dagger Award pour l’ensemble de son œuvre.  Nick’s Blues est son premier roman noir enfin réédité dans la collection « Rat noir » à l’occasion de l’événement Rivages/Syros.

9782748514629

[rating=3]

Ce soir-là, en rentrant chez lui, Nick, 16 ans,  est bousculé par une bande de jeunes caïds de la cité qui s’enfuient à toute vitesse. Parmi eux, il croit reconnaître Steve Rawlings, une des terreurs des quartiers nord de Londres. Très vite, des sirènes retentissent et la police arrête Nick. Un vol a eu lieu et, comme la moitié de la cité, il porte les mêmes vêtements que les agresseurs. Pour se disculper, il doit briser la loi du silence. Sa force, il va la trouver dans la musique que son père disparu aimait jouer, le blues. Nick avait 7 ans lorsque son père s’est jeté d’un pont. Depuis, il vit seul avec sa mère, dans un quartier populaire de la banlieue de Londres et multiplie les petits boulots pour joindre les deux bouts.

Dans « Nick’s Blues », John Harvey nous plonge dans l’univers sombre d’un adolescent. Ce roman dresse le portrait hyper-réaliste et attachant de la vie dans la banlieue de Londres, entre bagarres, airs de blues, premiers flirts, et mélangeant amour, violence, humour et tristesse, sur fond de critique sociale. Car il y a de quoi avoir le blues dans une cité comme celle où vit Nick, pleine de désabusés, de gens solitaires et de jeunes à la dérive. Face à la violence et à la réalité d’un quotidien morne, Nick va devoir avancer sur le chemin de la vie, gagner en épaisseur, en texture, devenir plus fort, se découvrir, se connaitre, s’ouvrir, en un mot : « murir », sans jamais perdre de vue un idéal utopique à l’horizon des cités qui poussent comme des Lego…

“Nick’s Blues” de John Harvey, traduit de l’anglais par Benjamin Guérif, collection « Rat Noir », éditions Syros, 02/09/2015, 14.50 euros.

Dès 13 ans

resized_4864_1322569931Les éditions Syros sont nées en 1976. Syros jeunesse, apparu en 1984, tente d’explorer les cultures et de les faire partager aux jeunes lecteurs. En 1989, est créée la collection « L’Arbre aux livres » par Suzanne Bukiet. Avec des séries de trois volumes bilingues présentant l’un des contes, l’autre des nouvelles et le dernier des recettes de cuisine, le concepteur de cette collection entend faire découvrir différents pays du monde. Dans le même esprit, la collection « J’accuse », due à Charlotte Ruffault, en 1993, connaît un grand succès. La maison développe également la collection « Rat noir » avec des romans comme “Nick’s Blues” de John Harvey. Début 2002, le département Syros Jeunesse a intégré le groupe Nathan Jeunesse.

“Le cœur cousu”, la force du texte au travers des masques
Les sorties cinéma de la semaine du 23 septembre
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *