Jeunesse
Lapin-Express de Michel Gay

Lapin-Express de Michel Gay

07 février 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Un lapin reçoit de son grand-père des patins à roulettes en cadeau. Avec, il va réapprendre à se déplacer et devoir trouver un territoire approprié à ce moyen de locomotion: les rues de Paris. Mais le voyage n’est pas seulement dans l’espace, il est aussi une ouverture à la rencontre amicale et amoureuse. Le lapin solitaire va changer de vie et trouver avec qui partager la poésie de son existence.

 

 

 

 


Michel Gay est un familier des titres à tiret associant deux mots sans rapport apparent l’un avec l’autre mais qui en trouvent un dans son histoire: Le Loup-Noël, Pousse- Poussette, Petit-Bateau, Petit-hélicoptère … Il a conçu ce livre d’une manière très cinématographique. Son héros se déplace dans des séquences très visuelles, les actions se succèdent les unes aux autres à un rythme endiablé, facilité par le moyen de locomotion, les fameux patins à roulettes.

 

Les enfants découvrent le monde de différente manière: en poussette, à quatre pattes, sur les épaules de papa puis sur leur première bicyclette et leurs patins à roulettes. Inoubliables souvenirs des premières chutes avant l’expérience du ski et du patin à glace. Ici, les patins à roulette poussent le héros à quitter son petit univers douillet pour partir à l’aventure. Nous voyons dès le début que le lapin est curieux, il regarde sous l’eau, il cherche à voir le monde sous d’autres angles, il va découvrir aussi le train et le métro. Pour le paisible campagnard qu’il semble être au début de l’histoire, c’est un périple équivalent à celui du rat des champs se rendant chez le rat des villes.

Mais ce qui est très intéressant dans cette histoire, c’est que le héros est, dès le départ, investi d’un espoir et d’une sorte de mission par son grand-père: trouver l’amour grâce aux patins, prendre la route avec eux pour trouver l’âme sœur. L’important n’est donc pas tant l’objet mais ce que le lapin va faire avec. Une manière subtile de dire aux enfants que chacun d’entre nous a entre les mains des cartes dont il peut jouer à sa guise pour réussir dans la vie. Michel Gay offre aussi un autre jeu au lecteur qui connait Paris: son dessin permet de reconnaître des lieux dans l’itinéraire suivi par le lapin: la gare dans laquelle il arrive, la place sur laquelle il rencontre sa nouvelle amie…Tout est conçu pour faire observer, inciter l’enfant à être à l’écoute du monde qui l’entoure. C’est en effet en écoutant ce qui se passe autour de lui que Pat va rencontrer l’amour.

Une histoire passionnante, d’une qualité bluffante, qu’on ne se lasse pas de lire et de relire.

Rachida Brakni sort un album éponyme
Le monde est beau ? Vraiment, monsieur Oldelaf ?
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *