Jeunesse
La soupe au caillou de T. Bonning et S.Hobson

La soupe au caillou de T. Bonning et S.Hobson

09 mars 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Tony Bonning, illustrations de Sally Hobson et adaptation française de Lionel Monéger

Un renard arrive dans une ferme et demande à manger. Les animaux refusent de lui donner quoi  que ce soit jusqu’à ce qu’il quémande un peu d’eau pour préparer une soupe…au caillou. Les bêtes regardent curieuses et apportent sur la demande du renard des ingrédients pour améliorer la soupe puis, celle-ci prête, ils la mangent tous ensemble.

La soupe au caillou est l’histoire la plus connue de Tony Bonning et de sa collaboratrice Sally Hobson bien qu’ils aient collaboré sur d’autres livres ensemble (voir image ci dessous). Si une seule histoire peut suffire à rendre un auteur célèbre, celle-ci en est bien l’illustration, elle est devenue presque aussi connue qu’un conte des frères Grimm ou de Perrault car elle a en commun avec ces derniers de dégager un message porteur d’un sens universel: mieux vaut s’entraider les uns les autres pour obtenir un bon résultat. Très simples et vivement colorés, les dessins de Sally Hobson donnent un faciès amusant aux animaux et mettent bien entendu en valeur le héros de la fable: le renard.

Voici l’histoire d’une ruse vieille comme le monde. Si l’on demande de but en blanc quelque chose à quelqu’un, il a tendance à nous le refuser mais en suscitant sa curiosité et en le faisant participer à son action, il est intéressé et donne plus volontiers. Au final, tous les animaux sont gagnants dans cette histoire: le renard qui n’aurait pas pu faire la soupe sans les ingrédients, le mouton qui ne l’aurait pas goûté s’il n’avait pas apporté eau, sel et poivre; la vache qui n’en n’aurait pas mangé si elle n’avait pas donné un navet, l’âne une carotte et ainsi de suite. Cette fable est la parfaite illustration d’une œuvre collective réussie: parfois seul, nous n’avons pas assez de cartes ou d’ingrédients pour faire quelque chose mais en partageant ce que nous avons, en le troquant ou en le mettant en commun avec les autres, nous pouvons réaliser quelque chose de bien, c’est au fond un des principes de base de la société qui est expliqué ainsi aux enfants avec des mots simples. Cette histoire simple et instructive permettra de faire comprendre aux enfants l’intérêt du travail collectif. Ce n’est pas pour rien qu’on dit « Rusé comme un renard »!

Cette histoire fait partie du Coffre à histoires, une collection d’albums brochés de petit format et de moindre coût qui reprennent les plus grands succès parus chez Milan en albums reliés. Plus d’une trentaine de titres sont déjà à découvrir.

Visuel (c) Sally Hobson

Aldebert : nouvel album et concert parisien pour l’homme-enfant
Et crac! de B.Friot et Dankerleroux
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture