Jeunesse
Je sauve le monde dès que je m’ennuie de Guillaume Guéraud

Je sauve le monde dès que je m’ennuie de Guillaume Guéraud

11 octobre 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Guillaume Guéraud et illustrations de Martin Romero

Eugène est un enfant rêveur qui s’imagine en pirate, cosmonaute, samouraï, superhéros. Il rejette la banalité de la réalité en se projetant dans des aventures où il a le meilleur rôle. Son comportement inquiète et suscite l’incompréhension de son entourage.

Guillaume Guéraud est un auteur français prolixe qui a écrit de nombreux livres pour la jeunesse aux éditions du Rouergue: des albums, un zigzag Arrête ton cinéma et douze romans dans la collection doado. Sa plume aisée à lire et prenante couvre des registres très différents.

L’écrivain s’est particulièrement illustré avec Je mourrai pas gibier, publié en 2006, qui a remporté le prix Sorcières en 2007 et a  même fait l’objet d’une adaptation en bande dessinée par Alfred chez Delcourt en 2009. Avec Je sauve le monde dès que je m’ennuie, Guillaume Guéraud nous offre un récit prenant et sympathique qui rappellera à beaucoup des souvenirs d’enfance.

Martin Romero est un illustrateur espagnol qui déploie une grande originalité graphique. Il s’en donne à cœur joie avec cette aventure qui se prête à beaucoup d’imagination et d’excentricité dans les dessins. Ces derniers nous transportent aisément dans l’univers déjanté d’un petit garçon débordant d’idées.

Rêverie quand tu nous tiens. Le héros de cette histoire vit dans son monde imaginaire, il rencontre l’incompréhension de son entourage que son décalage avec la réalité inquiète. Pourtant, comme va le dire le médecin chez qui les parents emmènent leur enfant, Eugène a  un don. Il transcende la réalité, il la transforme à sa guise au gré de son imagination débordante. En fait, il vit doublement sa vie puisqu’il la rêve tout en la vivant, un privilège qui n’est pas celui de tout le monde et qui a généré beaucoup d’inventeurs et de grands visionneurs comme Jules Verne. Eugène est un créatif et, s’il apprend à utiliser son talent, il peut faire de grandes choses avec.

Ce livre encouragera tous les enfants à faire preuve d’imagination car il n’y a rien de plus triste que quelqu’un qui n’arrive pas à rêver. Rêver certes mais en faisant de petites escales dans la réalité par moments quand même et en sachant imaginer des choses propres à l’embellir pour soi-même et pour les autres, comme a su le faire l’inventeur du téléphone, Alexandre Graham Bell, par exemple.

Gagnez 10×2 places pour la Qhuit Partizzz chez Régine
Le HIPSTER. I FUCKING LOVE JUICE : Chronique par LE BARBU
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture