Jeunesse
« Banale » de Fanny Chiarello, C’est quoi être populaire?

« Banale » de Fanny Chiarello, C’est quoi être populaire?

09 octobre 2015 | PAR Le Barbu

« Il faut dire que je suis physiquement neutre, comme une tartine de pain blanc tout frais sans rien pour l’agrémenter. » A 10 ans, comment se démarquer des autres pour enfin ne plus avoir l’impression d’être noyée dans la masse? Tout le monde a un don, pense Clara. Il suffit que Maxime, son grand frère, ouvre la bouche pour faire rire ses amis. Inès ou Théo savent jouer de la musique, remarquablement. Enzo, lui, fait chavirer le coeur de toutes les filles de l’école. Et Jade a la mode dans la peau. Mais Clara a beau essayer de les imiter, toutes ses tentatives virent à la catastrophe. Une blague ? Elle tombe à plat. La flûte à bec ? Une torture pour les oreilles. Alors, une tenue exubérante et des leggings rose fluo ? Il faut que ce soit le jour de la photo de classe. Dans quel domaine Clara pourra-t-elle enfin se distinguer ?

106199394_o

[rating=4]

Clara en a assez d’être transparente. Personne ne la remarque parce qu’elle est banale. Elle aime les chanteurs à la mode, n’a pas beaucoup d’amies, ne possède pas de talent particulier. Elle cherche une solution pour se faire remarquer et être plus populaire… Elle est persuadée que tout le monde cultive un don sauf elle. Elle croule sous sa banalité affligeante, et souffre d’un manque cruel de popularité.

« Si un dictionnaire avait besoin d’illustrations pour les mots moyen, quelconque, ordinaire et médiocre, il y aurait quatre photos de moi dans le dictionnaire, une planche de photomaton. Ce serait déjà ça. »

Dans le roman de Fanny Chiarello, on sent bien que c’est une affaire de fille.. Les garçons sont les faire valoir, ceux qui décident finalement de la popularité. Comment sortir de ce marasme existentiel?
Pour répondre à cette quête de popularité, Clara décide de « clasher » les autres, faire de mauvaises blagues, ou malmener sa garde robe un jour de photo de classe! Les échecs répétés lui mettent un coup au moral… Heureusement, son amitié avec Inès va lui faire découvrir un monde inconnu et pourtant très riche, l’art lyrique. A défaut d’avoir des prédispositions pour devenir chanteuse d’opéra, Clara décide de se cultiver sur cet univers méconnu et souvent catalogué élitiste. Elle a enfin trouvé le truc qui chasse définitivement le mot banale de son vocabulaire, sauf, qu’avec le temps, le regard d’autrui lui importe peu…

Banale pointe du doigt les souffrances de l’enfance concernant le regard de l’autre, l’identité, et le problème hautement existentiel d’intégrer un groupe, avoir des amis, pour ne pas rester seul. Les gosses sont cruels entre eux, et en CM, cela monte en puissance. Se faire des amis, c’est aussi sortir du lot, être populaire comme on dit, montrer qu’on est différent, et cultiver cette différence au détriment peut être de l’essentiel.

Banale est un livre au ton juste et fluide, très drôle, bien que les questions soient d’ordre existentiel. Un super roman pour les jeunes, et les moins jeunes aussi, et que nous conseillons aux parents qui ne comprennent pas toujours les frasques de leurs enfants.

A partir de 10 ans.

Fanny Chiarello – Banale – Ecole des loisirs, 2015 – 157p. – 9€

L’artiste et sa création, Frida Kahlo et son double
[Chronique] « Digital Tropics » de Mutiny On The Bounty : se trouver grâce aux autres
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *