Théâtre
L’artiste et sa création, Frida Kahlo et son double

L’artiste et sa création, Frida Kahlo et son double

09 octobre 2015 | PAR David Rofé-Sarfati

Frida Kahlo, petit cerf n’est pas une pièce historique ou biographique. Elle n’est pas non plus un montage de témoignages ou de textes écrits de la plume de Frida: c’est une divagation.

On ne présente plus l’artiste Mexicaine, née en 1907, et décédée en 1954. Tout en ayant souffert sa vie durant d’innombrables opérations à la suite d’un accident elle a construit son œuvre. Femme politisée, engagée, femme artiste, et épouse du peintre Diego Rivera, elle a d’abord vécu à l’ombre du peintre adulé en son temps. Elle est aujourd’hui une légende dont on reconnait une œuvre puissance et retentissante. Elle a surtout cultivé l’autoportrait. Il s’agissait pour elle d’exploration, d’introspection philosophique et métaphysique qui mêlait toujours les sens et le corps. Il s’agissait pour elle d’une question de survie, dans un contexte intime de dissociation. Par sa création cette femme se protégera de la folie, tout en y concédant parfois.

Frida à la fin de sa vie réclame sa dernière seringue du dernier shoot de morphine. Lasse, sa décision est prise. Elle trouve en face d’elle, hallucination, une biche, la Frida des autoportraits, la biche transpercée de flèches, bataillant contre sa décision. Cette Frida fictive, son alter ego figure sa vérité. Elle le crie même. Sa peinture est sa vérité, son combat pour elle et pour ses idées, pour Diego son amant et pour ses amis. Et la Frida de peinture ne veut pas voir sa créatrice mourir, elle a peur de se retrouver seule devant son public, autant que la Frida réelle s’inquiétait et s’inquiète encore du regard des autres.

Le spectacle est un captivant face à face entre l’artiste et sa créature de vérité. Le texte magnifique, grave et assuré répare le jeu des acteurs parfois trop appuyé. Une scène avec projecteur reste un moment rare.

Nous passons un très beau moment d’émotion car la force du texte de May Bouhada opère.

Frida Kahlo, petit cerf, texte de May Bouhada, avec May Bouhada, Frédérique Michel, mise en scène par Mylène Bonnet

Création jusqu’au 17 octobre 2015 au Théâtre de La Boutonnière 25, rue Popincourt 75011 Paris

David ROFÉ-SARFATI

Infos pratiques

[Interview] Bertrand Belin « L’imprimerie traumatise l’homme »
« Banale » de Fanny Chiarello, C’est quoi être populaire?
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *