Jeunesse
Azul : Les tableaux d’Antonio Da Silva

Azul : Les tableaux d’Antonio Da Silva

21 novembre 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

L’auteur d’ABC revient chez Rouergue et nous entraîne dans un roman d’aventures et d’amour. Haletant.

Par Louise Niddam et Amélie Blaustein Niddam

Miguel est un petit orphelin que nous allons retrouver dans différents tableaux célèbres. Le lecteur le suit dans des œuvres stars : La jeune fille dans un parc de Berthe Morisot, La Joconde de  Léonard De Vinci, évidemment ou encore Terrasse du Café sur la Place du Forum à Arles, le soir de Van Gogh…

A seize ans, quand Antonio Da Silva nous le présente, il a déjà le don d’ entrer dans les tableaux. Il s’y balade comme dans la rue mais attention,  vous le découvrirez, il n’y a qu’une seule façon d’en sortir !

En se baladant dans un tableau, il rencontre la belle April. Miguel et elle se donnent alors rendez-vous d’une toile à l’autre. Mais un jour, elle disparaît….Fou d’inquiétude, Miguel part à sa recherche. A Lisbonne, c’est la panique, Miguel a besoin d’elle. Un personnage de Van Gogh sème la terreur et rend fou les habitants de la ville… Miguel va à cette occasion découvrir une chose que personne ne savait jusqu’à présent…

Ce livre est original et différent des autres livres jeunesses. On y croise en plus de nos héros principaux une foule de personnages plus attachants les uns que les autres. Un vrai roman d’aventures à l’écriture limpide qui donnera aux grands enfants l’envie d’aller au musée voir toutes les peintures citées en vrai !

Extrait :
(…) Mon premier rendez-vous avec April m’avait passablement énervé. Rencard sur le pont japonais, avait-elle dit.

Plutôt vague, comme indication. Elle aurait pu être plus précise sur le lieu de la rencontre. Monet a peint d’innombrables versions de ce jardin, à différentes heures de la journée et au gré des saisons. C’est le même paysage, mais la lumière le rend différent. Même le pont en bois qui coupe la toile comme une ligne d’horizon est nouveau à chaque fois.

J’étais fatigué d’atterrir sur ces ponts. J’avais des courbatures dans le dos et les jambes.

Notre histoire commençait mal.

Peut-être que pour elle, accéder à un cadre ne demande aucun effort. Mais pour moi, chaque tentative, chaque sortie est une souffrance. A ma dixième tentative, un doute m’a titillé. Peut
être qu’elle m’avait posé un lapin?

Et puis, j’en avais marre d’arracher des échardes sur ces ponts pour me piquer avec.(….)

Azul, Antonio Da Silva, collection épik, éditions Rouergue, 280 p. 2021. 14 euros. A partir de 9 ans. Et pour suivre Miguel dans ses toiles, il y a un compte instagram : @roman_azul_art !

Visuel :©Patrick Connan

La Mif, passionnante plongée dans un foyer d’accueil, récompensée à l’Arras Film Festival
Miracle, ambitieux et subtil labyrinthe en Compétition à l’Arras Film Festival 2021
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture