Livres

Gauguin et ses deux voyages à Tahiti par Li-An

16 décembre 2010 | PAR Sonia Dechamps

Ce que pensent les Tahitiens de Gauguin aujourd’hui ? Pas grand chose indique Li-An au lecteur à la fin de sa bande dessinée. Et c’est cette découverte qui a donné envie à ce fils de Tahitienne, marqué comme beaucoup par l’univers visuel de Gauguin, de réaliser une bande dessinée sur ce grand peintre de la fin du XIXème siècle. Il a bien fait.


« Gauguin, deux voyages à Tahiti » débute quand, en 1891, Gauguin – alors peintre plein d’espoirs – abandonne femme et enfants pour partir au bout du monde vivre son rêve de création. Il est a la recherche d’authenticité, loin de la civilisation occidentale.

 

Si les couleurs des tableaux de Gauguin respirent une certaine quiétude  comment croire à une société si paisible, paradisiaque ? Quid de la « vraie » vie à Tahiti, dans les îles, et de l’expérience personnelle de Gauguin là-bas ? C’est ce sur quoi s’est penché Li-An, imaginant la vie de l’artiste exilé ; vie partagée entre les femmes et l’alcool, la découverte des ravages de la lèpre, la rencontre d’autres occidentaux, la recherche incessante de tikis (petites statuettes)… et la peinture, bien sur. Si le premier voyage à Tahiti est bien entrepris dans le but – avec l’espoir – de devenir un grand peintre grâce à un endroit exotique, le second – effectué après une courte parenthèse parisienne – voit les ambitions de l’artiste changer. Il est alors question pour lui de s’installer comme colon, gagner ainsi de l’argent afin de continuer à peindre… Li-An n’oublie pas ces années finalement assez misérables.

« Gauguin, deux voyages à Tahiti » n’est pas un documentaire. Il s’agit de la vie rêvée – bien que basée sur la réalité – de l’artiste par un auteur-dessinateur contemporain plein de talent. Quelles anecdotes sont réelles, lesquelles ne le sont pas ? Qu’importe finalement, pourvu que l’esprit y soit, et il y est.

Évoquer la vie d’un peintre, c’est prendre le risque de chercher à imiter le style de celui-ci, même sans le vouloir. Ce n’est – et heureusement – pas le cas. L’aventure contée appartient à Li-An et c’est sa personnalité qui prévaut ; une personnalité que le lecteur prend plaisir à découvrir et qu’il compte bien suivre.
Au travail de l’illustrateur se joint celui – remarquable – de Laurence Croix pour les couleurs. Cette dernière joue sur les contrastes et parvient à créer de réelles atmosphères, différentes d’une scène à l’autre. La réussite est celle de faire voyager le lecteur, de le plonger immédiatement dans un récit qu’il ne peut alors plus quitter.

« Gauguin, deux voyages à Tahiti » fait voyager, rêver, aux côtés d’un personnage historique. La biographie fictionnée en bande dessinée : lu et approuvé.

« Gauguin, deux voyages à Tahiti » de Li-An chez Vents d’Ouest

 

Gagner 2×2 places pour le Bal de l’Elysée Montmartre le 18 décembre 2010
Concours UNPLUG IT
Sonia Dechamps

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *