Livres

« Fin de mission » de Phil Klay, National Book Award 2014.

« Fin de mission » de Phil Klay, National Book Award 2014.

10 février 2015 | PAR Le Barbu

Paru en mars 2014 aux États-Unis, Fin de mission a bénéficié d’un accueil critique et public unanime, le livre a été salué comme un grand texte sur la guerre et fait partie pendant plusieurs mois des listes des meilleures ventes. Le livre a remporté le très prestigieux National Book Award 2014 et est désigné comme l’une des 5 meilleures fictions de l’année 2014 par le New York Times. Phil Klay, âgé d’à peine 30 ans, est vétéran du corps des Marines, avec lesquels il a servi dans la province irakienne d’Anbar de janvier 2007 à février 2008. Après sa démobilisation, il obtient son master à New York, à Hunter College. Sa première nouvelle est publiée dans la revue Granta puis plusieurs de ses textes apparaissent entre autres dans le New York Times, Newsweek, et Tin House. Fin de mission est son premier ouvrage.

 

couv rivire

[rating=5]

« On a tiré sur des chiens. Pas par accident. De façon délibérée. On avait appelé ça Opération Scooby. Moi, je fais partie des gens qui aiment les chiens, alors, forcément, ça m’a fait gamberger. »

Un soldat en Irak doit abattre des chiens qui se nourrissent de cadavres, puis, quelques mois après, reprendre place sur son canapé dans une banlieue résidentielle où femme et labrador l’attendent. Un marine affecté aux “Affaires mortuaires” identifie, transporte et inhume des combattants indistinctement Irakiens et Américains. Pendant ce temps, un jeune officier se voit assigner la tâche absurde d’améliorer la vie des civils en leur apprenant à jouer au base-ball.

« Tout le monde présumait que mon âme était profondément marquée par ma rencontre avec le Réel : le monde-tel-qu’il-est, dur, sans fard, violent, loin de la bulle protectrice de l’Amérique et du monde universitaire, un séjour au Cœur des Ténèbres qui, s’il ne vous détruit pas, vous rend plus triste et plus sage. C’est des conneries, bien sûr. »

Fin de mission est un premier roman magistral et parfaitement maîtrisé. Le ton sec, juste, d’une grande lucidité mêlée d’un humour acide et implacable, emmène le lecteur sur les lignes de front de l’Irak et de l’Afghanistan.  Phil Clay cherche à comprendre ce qui s’est passé là-bas, mais aussi, et surtout, comment vivent ceux qui sont rentrés. Il nous plonge au cœur de la violence, de la foi, de la culpabilité et de la peur, dans un monde où les hommes vivent des vies absurdes, coincés entre la toute puissance et l’impuissance. Au milieu de ce chaos, où la vie n’est plus que survie, la recherche du Salut tente vainement de dissiper les doutes pour redonner du sens à l’existence…

« J’avais pensé qu’il y aurait au moins une certaine noblesse dans la guerre. Je sais qu’elle existe. On raconte tant d’histoires, il faut bien que certaines d’entre elles soient vraies. Mais je vois surtout des hommes ordinaires, essayant de faire le bien, abattus par l’horreur, par leur incapacité à apaiser leur propre rage, par les airs virils qu’ils affectent et leur prétendue dureté, leur désir d’être plus implacables et par conséquent plus cruels que la situation dans laquelle ils se trouvent. »

« Fin de mission » de Phil Klay, éditions Gallmeister, janvier 2015.

[La recette de Claude] Gateau coulant au chocolat-gingembre
[Critique] « Prête à tout » de Gus Van Sant : comédie cinglante sur l’opportunisme
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *