Fictions
« Un beau désordre » : Fellini à la fleur du l’âge et au coeur de la crise, saisi par Marco Caramelli

« Un beau désordre » : Fellini à la fleur du l’âge et au coeur de la crise, saisi par Marco Caramelli

20 janvier 2020 | PAR Yaël Hirsch

Premier roman de celui qu’on connaissait comme un novelliste de talent, Un beau désordre suit Federico Fellini au comble de son succès et de la crise amoureuse et professionnelle. Une adaptation littéraire audacieuse de Huit et demi

Le héros ne s’appelle plus  Guido mais Massimo. Il vient de tourner la mythique Dolce Vita, est marié avec Louise, une femme française élégante qu’il aime et admire mais que deux pertes d’enfants ont plongé dans la dépression, aime charnellement une femme-enfant gironde dont il a honte et a eu le coup de foudre pour Claudia Cardinale… Un souci de santé lui créé un black-out et les médecins lui font une ordonnance pour trois semaines de cure thermale. Il est supposé se reposer mais travail, femme, maîtresse et désordre font le chemin depuis Rome vers cet endroit reculé où tout est fait pour le rendre léthargique…

A quelques glissements de noms près et avec une atmosphère plus centrée sur le héros qui masque un peu le côté « sanatorium » du lieu, cette adaptation fidèle de Fellini témoigne d’un grand amour pour le cinéaste. L’homme, lui, lâche, la tête et la bouche remplies de clichés sur les femmes, au cœur d’une crise où il est incapable de ménager ceux qui l’entourent est beaucoup moins aimable. Qu’à cela ne tienne. Dans la collection « Le Passe-Murailles » de Robert Laffont, avec un didactisme prononcé au début et qui va magiquement de soi par la suite, Marco Caramelli nous replonge dans l’Italie du miracle économique avec générosité. Un beau livre et un premier roman très maîtrisé. 

Marco Caramelli, Un beau désordre, Robert Laffont, 270 p., 19 euros. 

visuel : couverture du livre 

« American Women » et « Alice Anderson » à La Patinoire Royale – Galerie Valérie Bach
Retour en enfance avec Delphine Hecquet
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *