Fictions

« Ce qu’est l’homme » de David Szalay : Crises existentielles européennes

« Ce qu’est l’homme » de David Szalay : Crises existentielles européennes

05 juin 2018 | PAR Julien Coquet

Finaliste du prestigieux Man Booker Prize, Ce qu’est l’homme livre le portrait de neuf hommes européens qui doutent de la réussite de leur vie.

[rating=3]

Ce qu’est l’homme, ou plutôt, Tout ce qu’est l’homme, si l’on se réfère au titre anglais (All that man is). Le projet est ambitieux, peut-être même prétentieux, surtout lorsqu’il est signé par l’un des jeunes romanciers britanniques les plus talentueux de sa génération, adoubé par William Boyd (« Un formidable roman – original, troublant, viscéralement mélancolique et d’une jeunesse déchirante ») et par la presse (« La démonstration d’une puissance littéraire hors du commun. Magnifique. » signale The New York Times).

Alors que la première de couverture indique « roman », ce sont plutôt neuf nouvelles que nous propose l’auteur britannique. Il est intéressant de noter l’utilisation du mot « roman » puisqu’aucune histoire ne se recoupe, aucun personnage ne se retrouve d’une histoire à l’autre : seules les crises existentielles traversées par les neufs hommes européens, âgés de 17 à 73 ans, fondent la pierre de touche de cet édifice littéraire. A chaque période de la vie correspond un moment de doute. Simon, le « premier homme », se demande à quoi bon voyager lorsque tout, dans cette Europe rassemblée et unifiée, finit par se ressembler. Parti seul en Grèce, Bernard, français, fait la découverte de deux énormes Anglaises : sans passion, il finit par coucher avec la fille.

Tout au long du livre, c’est un constat pessimiste que nous présente David Szalay. Se concentrant uniquement sur les hommes, l’ouvrage présente les femmes souvent comme un exutoire aux pulsions sexuelles des hommes. Jamais on ne tombe amoureux, toujours on satisfait un besoin d’ordre animal. Post coïtum, animal triste. Et voilà les doutes qui reviennent à la charge : la vie vaut-elle la peine d’être vécue ? Qu’est-ce que « réussir sa vie » ? La vie est-elle une plaisanterie ? Pourquoi avoir des enfants ? Etc.

Avec une touche de Houellebecq sans la qualité d’écriture (la traduction a dû perdre le style original car The Guardian notait tout de même « C’est un virtuose de l’écriture, qui impressionne notamment pas son intelligence littéraire. »), Ce qu’est l’homme est un portrait désastreux et sans concession de l’homme européen moderne, du Royaume-Uni à l’Allemagne en passant par l’Italie et la Croatie. Reprenant toujours le même schéma, celui d’un homme déraciné de son milieu d’origine (tourisme, mutation, déplacement professionnel) et placé dans un pays européen inconnu, David Szalay montre à quel point ce décalage conduit à des doutes et à des interrogations parfois intenables.

« James la regarde. Elle fait tant d’efforts pour se montrer enthousiaste que ses sourcils pointent par-dessus ses lunettes de soleil. Elle est un peu coincée, il faut bien le dire. Maintenant, elle est en à raconter une anecdote – une histoire de ski – et elle ne s’y prend pas très bien. Au déjeuner, déjà, elle avait fait pareil. Il trouvait ça assez touchant, sa façon de ruiner ses anecdotes comme ça. De les raconter trop lentement, disons. Le fait est qu’elle n’est pas très drôle. Pas dans ce genre de décor-là. »

Ce qu’est l’homme, David Szalay, Albin Michel, 558 pages, 25 €

Visuel : Couverture du livre

Musicora 2018 : le numérique mis en lumière
Avec « Andromaque », Anne Delbée ouvre le mois Molière à Versailles
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *