Fictions

« Mina Loy, éperdument » de Mathieu Terence : mise en lumière d’une femme hors des conventions

« Mina Loy, éperdument » de Mathieu Terence : mise en lumière d’une femme hors des conventions

12 octobre 2017 | PAR Marine Stisi

L’auteur Mathieu Terence a publié aux Editions Grasset Mina Loy, éperdument, un livre qui retrace, sans s’écarter de son but, la vie fabuleusement romanesque de Mina Loy, poétesse et intellectuelle anglaise.

[rating=4]

Une vie de bohème

Rare sont ceux ou celles qui peuvent prétendre à une vie aussi fantasque et mouvementée que celle de Mina Loy (née Mina Lowry). Du Londres victorien où elle a vu le jour à New-York, en passant par Florence, Paris ou encore Mexico tout en traversant les deux grandes guerres, Mina Loy a assisté, avec un détachement certain et une élégance innée, à la naissance de bons nombres de courants artistiques et au bouleversement du monde.

Sa compagnie était illustre : Marcel Duchamp, Man Ray, Gertrude Stein, Joyce, Freud… La liste serait trop longue mais autour d’elle ont gravité des esprits brillants, indépendants, libres, dont elle faisait indéniablement partie. Poétesse à ses heures, artistes jusqu’à son dernier souffle et amoureuse transie (elle entretient avec le poète Arthur Cravan une relation pleine de passion), Mina Loy éclate au grande jour avec ce livre qui déroule chronologiquement sa vie et qui retrace avec beaucoup de précision les faits et les actions, tout en étant ponctué de nombreuses citations et leçons de vie qu’elle offrait joyeusement à ses visiteurs et lecteurs :

« La vie est une enquête vagabonde ».

« Colorez de vos choix ce qui vous entoure ».

« Le désespoir, soit, dans les grandes lignes, mais le plaisir alors, en détail, en détail ».

« Tomber amoureux est le tour de passe-passe qui donne à un être humain des proportions devant lesquelles s’effacent tous les points de référence ordinaire ».

« Un grand poète sait mieux ce qu’il écrit qu’un procureur sait ce qu’il censure ».

Un livre comme un voyage dans le temps, comme une légende qu’on nous raconterait près du feu, celle de cette femme foncièrement libre, féministe et moderne, à qui on aimerait ressembler, ne serait-ce qu’un peu.

Mathieu Terence, Mina Loy, éperdument, Editions Grasset, 234 pages, 18€.

Visuel : (c) DR

AU BUT DE THOMAS BERNHARD MISE EN SCÈNE CHRISTOPHE PERTON AU POCHE MONTPARNASSE
Interview d’Amandine Gay : « Dans ce pays, il faut être capable de repenser l’universel »
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *