Fictions

« Les Testaments », Margaret Atwood offre une suite à « La Servante écarlate »

« Les Testaments », Margaret Atwood offre une suite à « La Servante écarlate »

12 novembre 2019 | PAR Marine Stisi

Dans quelques jours, l’autrice canadienne superstar Margaret Atwood fêtera ses 80 ans. Un bel âge pour publier, 34 ans après La Servante écarlate, la suite de cette dystopie culte intitulée Les Testaments publié chez Robert Laffont et déjà couronnée du Booker Prize 2019.

 

La question est sur toutes les bouches de ceux et celles qui ont une fois dans leur vie lu La Servante écarlate. Que se passe-t-il ensuite ? Qu’advient-il de Galaad, régime autoritaire et totalitaire qui aurait pris la suite de l’histoire des Etats-Unis ?

Si la série diffusée sur OCS semble donner un semblant de réponse, rien de telle qu’une suite officielle publiée par son autrice elle-même, la brillante autrice canadienne Margaret Atwood. Nous sommes ainsi 15 ans après la fin des aventures de Defred. Depuis le Canada, pays frontalier depuis lequel s’organise diverses rebellions, le régime semble s’affaiblir. Depuis l’intérieur, une source anonyme semble envoyer à Mayday, association composée de militants et d’activistes, des indices pour les aider à faire tomber le régime. 

Par le biais de trois voix, celle d’une des Tantes fondatrices, la Tante Lydia, bourreau du régime et une des gardiennes de la terreur, celle d’une jeune fille née dans Galaad et celle d’une autre née au Canada, l’avenir du régime prend un tournant et semble s’autodétruire. Un plan se monte, des secrets se dévoilent, trahisons et punitions se profilent à l’horizon.

Margaret Atwood attire ses lecteurs dans les plus hautes sphères de Galaad, le portrait qu’elle en dresse est celui d’une société corrompue et gangrénée par les vices et les perversions que ses têtes pensantes dénoncent pourtant au grand jour en exerçant leur autorité à grand coup de cruauté et d’injustice macabre. Mais pour combien de temps ?

Les Testaments, Margaret Atwood, Robert Laffont, 22,90€, 552 pages. 

Date de parution : 10 octobre 2019

Jo Drogba : « Je vais me faire un nom » (Interview)
Otto Wagner, place à la modernité à la Cité de l’Architecture
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *