World

Jo Drogba : « Je vais me faire un nom » (Interview)

Jo Drogba : « Je vais me faire un nom » (Interview)

12 novembre 2019 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Toute la culture a rencontré l’artiste Jo Drogba, auteur du single « Voulez-vous danser » à l’Idol hôtel de Paris (8e). 

Propos recueillis par Kevin Sonsa-Kini. 

-Toute la culture : Comment a été imaginé le titre Voulez-vous danser ?

Jo Drogba : Ce single qui a été composé par Rodrigue (Rod) Janois et Louis Côté. On a voulu apporter quelque chose qui allait être festif et faire danser les gens.

-Le clip a dépassé les 240 000 vues sur YouTube. Selon vous les gens sont-ils venus voir le clip par curiosité ou parce que vous portez le nom « Drogba » ?

Je dirais par curiosité parce que juste avant j’avais fait un autre titre (Wizzy M’evader) qui ne ressemblait pas à celui-là. Les gens étaient un peu curieux. Ils attendaient quelque chose de nouveau. Ils sont venus mais ils sont restés aussi. Donc voilà.

-Quels retours avez-vous reçu depuis la sortie du single Voulez-vous danser ?

Au départ, les gens étaient surpris parce qu’ils avaient l’habitude de m’entendre sur des sons un peu plus afro. Et puis le lendemain tout est parti. Les gens ont partagé.

Le titre « Voulez-vous danser » de Jo Drogba.

-Vous avez eu le soutien de votre frère Didier ?

Oui, de Didier, de plusieurs célébrités, d’amis, de gens que je ne connais pas. J’ai eu le soutien de tout le monde. J’ai eu un très bon retour de ce son. Même moi, je ne m’attendais pas à ça. J’étais surpris. Je savais que le son était bon mais je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait un aussi bon retour sur celui-là.

-Didier Drogba est connu en tant qu’ex-footballeur international ivoirien, de votre côté, espérez-vous vous faire un nom dans la musique ?

J’espère pas, je vais me faire un nom ! Quoi qu’il arrive. C’est sûr et certain. C’est une histoire de temps.

-Vous êtes un ancien footballeur professionnel. Vous avez évolué au FC Metz puis vous avez subi des blessures. Et un jour, vous avez passé un test à Hambourg en Allemagne et on vous a refusé…

Oui j’avais passé un test là-bas et j’avais été refusé car je n’avais pas le même jeu de tête que Didier. Je l’ai mal vécu. Ça m’a blessé.

« Quand je jouais au foot, je faisais déjà de la musique » Jo Drogba

-Vous êtes malgré tout passionné par la musique depuis votre enfance. S’il ne s’était passé pas ce que vous m’avez raconté, auriez-vous continué dans le foot ou vous vous seriez orienté vers la musique ?

J’aurais joué au foot mais j’aurais fait de la musique aussi. Quand je jouais au foot, je faisais déjà de la musique. Mais le foot, c’était mon métier, ça me rapportait de l’argent.

-Cet été, DJ Arafat nous a quittés des suites d’un accident de moto en Côte d’Ivoire. Auriez-vous voulu faire un featuring avec lui ?

Oui j’aurais aimé. Surtout que c’était quelqu’un de proche. Tout le monde qu’Arafat était très très proche de la famille Drogba. C’est d’ailleurs lui qui m’a poussé à sortir mon premier son, Taper Poto. Il m’avait dit : « Sors le, n’hésite pas. Te poses pas de questions ». Moi, j’étais dans le doute, je me suis dit : « je le fais ou je le fais pas ? ». En tous cas, la perte d’Arafat nous a beaucoup touché. J’étais à Abidjan pour ses obsèques, c’était difficile.

-Vous préparez déjà d’autres titres à venir ?

Oui on est en studio, on bosse toujours. On ne fait que ça et puis on prépare quelque chose à venir. Mais c’est encore un peu tôt pour parler d’album. En attendant, je vais vous saouler avec d’autres titres (rires) !

Visuels : ©Agence Rise Up (Laurette Chadefaue)

Christina Bianco : « Nous avons tous un petit bout de Fanny Brice en nous. »
« Les Testaments », Margaret Atwood offre une suite à « La Servante écarlate »
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *