Fictions

« Les talons rouges » d’Antoine de Baecque : des vampires aux heures de la Révolution française

« Les talons rouges » d’Antoine de Baecque : des vampires aux heures de la Révolution française

23 août 2017 | PAR Marine Stisi

Les Editions Stock publient, dans le cadre de la rentrée littéraire 2017, le premier roman d’Antoine de Baecque, historien spécialiste de la Révolution française. Dans Les talons rouges, il imagine, dans un livre très documenté, une vieille famille aristocratique et puissante, les Villemort, vampires de leur état…

[rating=3]

« Ce qui enfin, les rapproche secrètement est la dépendance au sang ont ils souhaitent tous les deux s’affranchir, liquide vital et vénéneux formant le fluide maudit de leur amitié. Parfois, ils craquent, fondent sur une proie jeune et belle, un garçon de préférence, pour le boire de concert en une orgie précipitée, clandestine et païenne. Ils s’en veulent de suite, regrettent, jurent de mettre fin à cette pratique d’un autre âge et savent qu’ils y parviendront mieux ensemble, liés dans le sevrage comme dans la dépendance. »

Les talons rouges, titre du premier roman de l’historien Antoine de Baecque, s’inspire d’un dénominatif donné à la noblesse au XVIIème siècle, noblesse à laquelle appartient indéniablement les Villemort, famille puissante et aristocrate qui croit à la supériorité de leur naissance. En effet, les Villemort, en plus de posséder une place de choix sur l’échiquier politique et social parisien, possèdent une autre particularité : ils sont vampires et se délectent du sang d’innocents pour survivre.

Deux membres de cette famille mystérieuse souhaitent pourtant s’extraire de cette tradition du sang, se heurtant alors à une famille traditionaliste et incontestablement morbide : William, oncle revenu d’Amérique avec un ancien esclave libéré et Louis, neveu beau et pur, devenu figure de la révolution et sous le charme d’une jeune femme, Marie de Méricourt, elle aussi propulsée au cœur de l’histoire…

Entre le vampirisme pur et la résistance à leur condition, Louis et William font surtout faire l’expérience de la Révolution française et savent alors se hisser au sommet de la pyramide pour faire entendre leurs paroles révolutionnaires. De 1789 à 1793, ils vivront les heures les plus chaudes et déterminantes, y prendront part, deviendront des têtes de fil. Aux côtés de Robespierre, Louis sera de ceux qui voteront la mort du roi quand celui-ci sera tombé et rencontrera même l’amour. Mais dans une époque aussi incertaine, quid de leur condition ?

Dans un roman aux références incessantes, Antoine de Baecque réussit à capter l’attention du lecteur et à le captiver grâce à une famille ô combien dérangeante mais absolument fascinante.

Antoine de Baecque, Les talons rouges, Editions Stock, 20€, 312 pages.

Visuel : © DR

Date de parution : 23 août 2017

L’Académie de France à Rome supprime la limite d’âge maximale
Festival du Film Francophone d’Angoulême 2017, Jour 1 : Suprême de surprises et sa farandole
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Une réflexion sur « « Les talons rouges » d’Antoine de Baecque : des vampires aux heures de la Révolution française »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *