Fictions
« Les aventures de Cluny Brown » : une comédie so british chez Belfond Vintage

« Les aventures de Cluny Brown » : une comédie so british chez Belfond Vintage

02 août 2015 | PAR Audrey Chaix

Dans les années 1930, en Angleterre, l’oncle de Cluny Brown ne sait pas trop quoi faire de sa nièce, aussi délurée que candide. Le jour où il la retrouve à jouer les plombiers chez un jeune célibataire, il prend la décision de l’envoyer en place dans la campagne du Devonshire. Cluny Brown y rencontrera un jeune Polonais émigré fuyant le nazisme, un pharmacien veuf et un golden labrador, et y bousculera allègrement les conventions sociales. 

[rating=4]

les-aventures-de-cluny-brownPublié en 1944, Les Aventures de Cluny Brown témoigne de l’habileté de son auteur, Margery Sharp, à écorcher le carcan des classes sociales, encore très présent dans l’Angleterre des années 1930, aussi bien qu’à écrire de piquantes héroïnes, aussi malignes qu’impertinentes. On comprend qu’Ernest Lubitsch ait adapté ce petit roman plein de charme, qui se déguste comme une glace à la fraise.

Cela n’empêche cependant pas Margery Sharp de toucher à des problématiques plus graves dans son roman, sous couvert d’humour et de légèreté. Avec sa faculté de bousculer l’ordre établi sans avoir l’air de s’en rendre compte, Cluny Brown est une féministe qui s’ignore : plutôt que d’écouter les recommandations de son entourage, elle mène sa barque comme elle l’entend et préfère suivre son cœur plutôt que ce que lui recommande la société. Surtout, elle le fait sans grands discours, mais avec une grande simplicité qui fait apparaître son indépendance d’esprit comme une évidence.

Un seul bémol ? Le résumé de la quatrième de couverture qui, fort maladroitement, vend la mèche en racontant les derniers chapitres du roman !

Les Aventures de Cluny Brown, de Margery Sharp. Traduit de l’anglais par Yves-Gérard Dutton. Éditions Belfond, collection Belfond Vintage. Paru en juin 2015. 384 p. Prix : 15 €.

[LIVE REPORT] LES NUITS SECRÈTES 2015, SAMEDI 1er AOÛT
[Londres] « Wanderlust » : Joseph Cornell, un surréaliste américain à la Royal Academy
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *