Fictions
« Le Pouvoir du Chien » de Thomas Savage : attention, chef d’œuvre !

« Le Pouvoir du Chien » de Thomas Savage : attention, chef d’œuvre !

01 décembre 2014 | PAR Audrey Chaix

Phil et George sont frères. Nés à la fin du 19e siècle, ils ont grandi ensemble sur le ranch acheté par leurs parents, des Américains de l’Est venus chercher fortune dans le grand Ouest. Et ils ont réussi, tant et si bien que leurs fils sont maintenant parmi les propriétaires de ranch les plus riches de la région. Célibataires malgré leur quarantaine d’années, ils sont très différents : aussi intelligent que retors, Phil ne cesse de se moquer de son frère, qu’il appelle Gras-Double – George, en revanche, avec son tempérament placide et un peu lent, se laisse faire sans trop rechigner… jusqu’au jour où il épouse Rose, la veuve d’un médecin qui s’est suicidé en lui laissant un jeune garçon à élever. L’arrivée de Rose au ranch, ainsi que celle de son fils, Peter, aux manières efféminées, va semer la discorde entre les frères, dans une fine étude psychologique des relations humaines. 

[rating=5]

lepouvoirduchien Publié en 1967, Le Pouvoir du Chien est l’un de ces chefs-d’œuvre inexplicablement oubliés. Réédité dans les années 1990, il s’est rapidement imposé comme l’un des romans essentiels de la littérature américaine au 20e siècle. Et avec raison : l’étude psychologique de ce western impressionne par sa finesse et sa justesse. Les relations qui se tissent entre les personnages sont aussi complexes qu’intelligentes, surtout autour de Phil, le frère aîné aux pulsions homosexuelles refoulées, et qui se venge sur l’adolescent aux manières efféminées avant de tenter de le séduire. Presque maléfique dans ses rapports avec la femme de son frère, tout simplement méchant avec son frère un peu trop gentil pour être manipulateur, et complètement ambigu dans son approche du beau-fils de son frère, il représente l’anti cow-boy – et on comprend aisément que ce roman ait pu bouleverser les bonnes consciences dans les années 1960, en laissant entendre qu’un homme de l’Ouest puisse être homosexuel.

Ce roman est d’autant plus remarquable que sa construction narrative est impeccable : la tension monte peu à peu dans un western qui est presque un huis clos, où la psychologie prend vite le dessus sur l’action, sans pour autant que le rythme ne ralentisse jamais. Plus on avance dans le roman, moins l’on a envie de le fermer pour faire une pause, à tel point que la fin se lit d’une seule traite pour mieux apprécier la montée de la tension entre les protagonistes : surtout, la résolution de l’intrigue, véritable coup de maître de Thomas Savage, laisse le lecteur pantois, le souffle coupé. Magistral.

Le Pouvoir du Chien, de Thomas Savage. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Furlan. Editions Belfond, collection Vintage. Parution : novembre 2014. 384 p. Prix : 19 €.

« Les cromosaures de l’espace »: du Spleen et de la branchitude pour bobos en herbe
Gagnez 3×1 kits Pili Pop, l’application qui fait parler anglais les enfants !
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

One thought on “« Le Pouvoir du Chien » de Thomas Savage : attention, chef d’œuvre !”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture